La grève chez Belgacom ne pose pas de gros problèmes

28/03/13 à 13:19 - Mise à jour à 13:19

Source: Datanews

La grève planifiée chez Belgacom est suivie par quelque 350 employés mécontents, selon le syndicat CSC-Transcom. Son impact sur les services demeure à première vue limitée.

La grève chez Belgacom ne pose pas de gros problèmes

Selon Ben Coremans, responsable sectoriel chez CSC-Transcom, les employés des tours Belgacom ont pu travailler normalement. "Nous avions convenu avec la police que le personnel pourrait pénétrer dans l'établissement par l'entrée VIP." Chez Belgacom, l'on confirme que tout employé qui voulait travailler, pouvait le faire sans problème.

Les effets sur les services ne sont pas encore clairs, déclare-t-on de part et d'autre, mais l'impact reste néanmoins limité. "Cela se fait surtout sentir dans les magasins car c'est précisément ce personnel qui est touché. Les centres d'appels dans une moindre mesure, parce que Belgacom peut faire appel à des callcenters extérieurs pour faire face à un éventuel manque de personnel", ajoute Coremans.

'Merit'

La grève a été déclenchée par la CSC-Transcom qui s'oppose à la situation vague du 'merit', une prime complémentaire qui remplace les barèmes. Initialement, ce système devait être supprimé, mais par après, Belgacom a déclaré que la prime serait payée fin avril et fixée mi-avril. Mais le syndicat chrétien n'accepte pas cette situation.

Selon Coremans, le coût salarial réel de Belgacom a diminué, ce qui laisse de l'espace pour la prime. L'année dernière, elle représentait encore 0,55 pour cent de la masse salariale totale. La CSC-Transcom n'a pas souhaité citer de chiffre à Data News, mais une valeur inférieure à celle de 2012 serait, selon Coremans, indéfendable auprès de la base.

L'incident n'a évidemment rien à voir avec l'accord paritaire qui a été signé par les autres syndicats. Mais la CSC-Transcom déclare que cet accord est indépendant de la discussion portant sur la prime 'merit'. Le syndicat signera du reste aussi cet accord comme convenu précédemment.

En savoir plus sur:

Nos partenaires