La Grèce arrête un 'blanchisseur' russe de Bitcoins à la demande des Etats-Unis

27/07/17 à 12:37 - Mise à jour à 12:39

Source: Datanews

En Grèce, un Russe a été privé de liberté pour avoir blanchi des Bitcoins pour un montant de pas moins de quatre milliards de dollars. On y a trouvé aussi des espèces volées suite au piratage de Mt Gox.

La Grèce arrête un 'blanchisseur' russe de Bitcoins à la demande des Etats-Unis

. © Getty Images/iStockphoto

Il s'agit d'Alexander Vinnik (38 ans). Ses transactions étaient suivies depuis plus d'un an déjà par les autorités américaines, qui en informèrent ensuite les services de police grecs. Ceux-ci ont arrêté l'individu ce mardi.

Selon les Etats-Unis, Vinnik serait impliqué dans du blanchiment d'argent, mais il aurait facilité aussi le transport de drogues et le vol d'identités. Il aurait également été le gestionnaire de la plate-forme d'échange de Bitcoins BTC-e, où il possédait plusieurs comptes, ce qui lui permettait de faire passer ou de convertir rapidement la monnaie virtuelle.

Dans les explications détaillées du procureur fédéral américain, on peut lire que Vinnik avait aussi reçu de l'argent volé lors du piratage de Mt. Gox, afin de le blanchir. C'est en 2014 que cette plate-forme d'échange de Bitcoins avait été piratée et pillée, ce qui précipita sa fermeture.

Dans cette affaire, on se focalise principalement sur BTC-e qui serait, selon les autorités américaines, l'initiative d'une entreprise bulgare opérant sous pavillon cypriote au départ des Seychelles avec des sites web enregistrés via des filiales-bidons à Singapour, aux îles Vierge, en France et en Nouvelle-Zélande.

La plate-forme aurait réalisé 'un grand nombre' d'opérations aux Etats-Unis, sans qu'elle ait été enregistrée en tant que fournisseur de services financiers et sans qu'elle ait eu recours à des processus anti-blanchiment. Vinnik en personne est formellement accusé de gestion d'un service financier sans licence, de complot en vue de blanchir de l'argent, de blanchiment d'argent et de transactions financières illégales, ce qui pourrait lui valoir une peine maximale de 55 années de prison et diverses amendes.

Nos partenaires