La forte concentration de particules fines engendre des soucis dans les centres de données

01/04/11 à 13:39 - Mise à jour à 13:39

Source: Datanews

Les messages lancés par CELINE, la Cellule Interrégionale de l'Environnement, à propos des concentrations continuellement élevées de particules fines ont également un prolongement ICT. Les particules fines semblent en effet s'avérer très nuisibles pour les serveurs.

La forte concentration de particules fines engendre des soucis dans les centres de données

Les messages lancés par CELINE, la Cellule Interrégionale de l'Environnement, à propos des concentrations continuellement élevées de particules fines ont également un prolongement ICT. Les particules fines semblent en effet s'avérer très nuisibles pour les serveurs. Ces trois derniers mois, jusqu'à 30 pour cent de serveurs en plus se seraient ainsi crashés dans les centres de données de la zone Diegem-Evere-Haren, apprend-on suite à une petite enquête menée par Data News.

CELINE a annoncé qu'au cours des trois premiers mois de 2011, la norme en matière de particules fines avait déjà été plus souvent dépassée que durant toute l'année 2010. Ces 5 dernières années, le nombre de dépassements de la norme (50 microgrammes par mètre cube) après 3 mois n'a jamais été aussi élevé qu'en 2011. Cette norme journalière peut être dépassée 35 fois par an. Mais à Haren, près de Bruxelles, notamment, l'on a déjà dépassé ce seuil au terme du premier trimestre de cette année.

Quelques entreprises de la région le ressentent aussi, plus précisément leur infrastructure IT. Or comme on le sait, nombre d'entreprises IT ont installé leur siège - et souvent aussi un centre de données - dans la zone Haren-Evere-Diegem. Un sondage réalisé par la rédaction auprès d'une dizaine de ces entreprises révèle 20 à 30 pour cent de crashs de serveurs en plus. "La moitié de mon budget remplacement pour cette année est déjà épuisé", déclare en soupirant un gestionnaire de centre de données.

Une enquête interne auprès de trois entreprises interrogées au moins a mis en cause les fortes concentrations de particules fines qui sont aspirées par les ventilateurs des serveurs. En raison de la 'surface-mount technology' (SMT) toujours plus poussée des circuits imprimés dans les serveurs, les particules fines peuvent s'avérer extrêmement nuisibles pour le bon fonctionnement des machines. "C'est peut-être bien, la fameuse loi de Moore, mais chez nous, elle ne fait qu'engendrer toujours plus de problèmes", y déclare-t-on de manière sarcastique.

Une source au sein d'une grande société de services IT dans la région concernée signale qu'on a déjà sérieusement réfléchi à l'achat de filtres antiparticules fines spécifiques pour les serveurs: "Dans le pire des cas, nous créerions nous-mêmes un filtre du genre. Ce ne sont pas les kits qui manquent sur internet." Dans deux autres entreprises IT, l'on envisage de faire tourner les serveurs et les PC 15 pour cent plus lentement. "Selon nos calculs, la perte de productivité devrait être minime", affirme un ICT-manager qui préfère garder l'anonymat. "Et nous économiserions du même coup sur l'achat de nouvel hardware."

Nos partenaires