La dernière résurrection

29/04/04 à 00:00 - Mise à jour à 28/04/04 à 23:59

Source: Datanews

Après 500 jours de quasi-faillite et de mise sous concordat judiciaire, MCI - autrefois connue sous le nom WorldCom - est le dernier opérateur à sortir de la crise.

L'opérateur le plus fraudeur de l'histoire en ressort manifestement comme un adolescent en pleine forme après quelques jours 'sans'. La révision des comptes de 2000 et 2001 a montré que la perte cumulée atteignait pas moins de 64,5 milliards $, alors que la direction s'était félicitée d'avoir dégagé un bénéfice de 10 milliards $. Durant ces 500 jours de traversée du désert, quelque 35 millions $ ont été économisés, ramenant la dette à 6 milliards $ 'seulement'. Mieux encore, l'opérateur est parvenu à accumuler 5 milliards $ en cash à la banque. Reste que 20.000 emplois ont été supprimés et qu'environ 100 cadres ont été remerciés pour avoir contribué d'une manière ou d'une autre à cette gigantesque fraude. Il n'empêche que nombre d'opérateurs ayant été mis en faillite auront du mal à digérer ce retour au premier plan de MCI et cette virginité retrouvée. Certes, le fait que MCI soit l'un des principaux fournisseurs des pouvoirs publics américains n'est sans doute pas étrangère à cette grande opération de nettoyage.On épinglera toutefois que les quelque 20 millions de clients, dont de très nombreuses entreprises (qui génèrent 80% des revenus) sont restés fidèles à un opérateur qui n'a pourtant pas hésité à falsifier de manière éhontée ses comptes. Et notamment pas mal de sociétés belges, par ex. dans le secteur financier, qui ont maintenu leur confiance à ce fraudeur. Personne n'osait, ou ne voulait, croire que WorldCom/MCI disparaîtrait. Les 'account managers' se devaient de continuer à propager la bonne nouvelle. D'ailleurs, le CEO de MCI, Michael Capellas, aurait dépensé 1 milliard $ en audits (auprès de cabinets comme KPMG et Deloitte), avocats, consultants et autres sociétés de PR.A présent que MCI a retrouvé la forme, pourquoi n'envisagerait-elle pas de faire un geste à l'égard de toutes ces entreprises qui lui sont restées fidèles durant ces 500 jours? Nous laissons à la direction de MCI le soin de choisir la solution la plus appropriée, mais une baisse de tarif constituerait une belle récompense.

Nos partenaires