La cybercriminalité menace l'e-commerce

18/05/06 à 00:00 - Mise à jour à 17/05/06 à 23:59

Source: Datanews

Suite à l'accroissement de la criminalité en ligne, le commercie électronique est en danger. Voilà ce qu'a déclaré Enrique T. Salem de Symantec, la semaine dernière, lors du congrès Symantec Vision 2006 de San Francisco: "Les utilisateurs sont devenus réticents. Ils refusent encore de remplir des formulaires en ligne. De même, ils se méfient toujours plus souvent des transactions. Cela constitue un obstacle pour le développement de nouveaux services."

Symantec, fournisseur de logiciels de sécurité, entend à brève échéance lancer une série de nouveaux produits dans le cadre de sa stratégie Security 2 destinée a rendre la confiance aux utilisateurs en ligne."On ne peut reprocher aux consommateurs d'être devenus prudents", affirme Salem, "alors qu'avant, les ados voulaient impressionner leurs amis en piratant des sites, ce sont à présent surtout les criminels qui font parler d'eux en volant des informations pour se faire de l'argent. C'est que sur le marché, on vous offre bien vite 10.000 dollars pour une identité en ligne. Le banking électronique court donc des risques. Il serait pourtant insensé de faire revenir les consommateurs aux guichets."Symantec sortira bientôt une barre vocale pour navigateurs (développée sous l'appellation Voyager) conçue pour avertir les utilisateurs en présence de programmes espions (spyware), de virus et de tentatives d'hameçonnage (phishing) par exemple. Lorsqu'un danger est suspecté, le logiciel bloque les ports permettant aux pirates de lire des données, comme les noms de 'log-in' et les mots de passe.L'année prochaine, l'entreprise Genesis souhaite lancer dans un premier temps un service en ligne permettant aux utilisateurs de juger la fiabilité de leurs différents téléchargements, d'identifier leurs amis en ligne et de vérifier l'authenticité des magasins web. Il fera pour cela appel à la connaissance relative aux sites, en provenance des innombrables forums d'utilisateurs.Pour les transactions, Symantec entend à l'avenir incorporer une toute nouvelle couche de protection, permettant aux utilisateurs de s'identifier avec des techniques biométriques notamment. Les transactions s'effectueront alors via une connexion de type VPN, où les données sont échangées de manière sécurisée. "Une fois l'utilisateur identifié, on lui offrirait davantage de liberté et donc de facilité", explique Salem. On ne sait pas encore quand Genesis et Voyager sortiront sur le marché.

Nos partenaires