La CSC furieuse sur l'ICT-manager du SPF Finances

20/02/12 à 09:50 - Mise à jour à 09:50

Source: Datanews

L'infection virale au SPF Finances est la goutte d'eau qui fait déborder le vase de la CSC qui exige le départ de l'ICT-manager, Louis Collet. La contamination virale au SPF Finances a été en fin de compte révélée par l'organisation syndicale CSC Services Publics, car "c'était là l'énième problème d'une longue série", selon Marc Nijs, secrétaire à la CSC Services Publics, département Finances. L'infection par "un virus connu, contre lequel des mesures existent, mais qui n'ont clairement pas été prises, est manifestement une question de négligence, explique Nijs sans ambages. Les conséquences sont plus importantes qu'on le dit, et nous ne sommes encore qu'au début de la catastrophe."

La CSC furieuse sur l'ICT-manager du SPF Finances

L'infection virale au SPF Finances est la goutte d'eau qui fait déborder le vase de la CSC qui exige le départ de l'ICT-manager, Louis Collet.

La contamination virale au SPF Finances a été en fin de compte révélée par l'organisation syndicale CSC Services Publics, car "c'était là l'énième problème d'une longue série", selon Marc Nijs, secrétaire à la CSC Services Publics, département Finances.

L'infection par "un virus connu, contre lequel des mesures existent, mais qui n'ont clairement pas été prises, est manifestement une question de négligence, explique Nijs sans ambages. Les conséquences sont plus importantes qu'on le dit, et nous ne sommes encore qu'au début de la catastrophe."

Concrètement, il observe que 20 pour cent ou plus des systèmes sont contaminés, tout particulièrement les plus anciens, qui ne fonctionnent plus ou mal. Une première tentative de réparation semble avoir échoué et avant que tout soit remis en ordre, "deux à trois semaines peuvent encore s'écouler". L'on ne mesure pas encore bien l'impact sur le fonctionnement des différents départements, mais "la pression sur les fonctionnaires ira crescendo, car le travail devra quand même être effectué." Il estime cependant que les conséquences pour le contribuable moyen seront minimes.

Ce qui gêne tout particulièrement la CSC Services Publics, c'est qu'il s'agit du énième problème. "Il y a toujours quelque chose, et ça m'énerve", ajoute Marc Nijs. Le virus est "la trente-septième preuve que le management de l'ICT est absolument incompétent. [...] Hendrik Bogaert [le secrétaire d'Etat à la fonction publique, ndlr] ne mâche pas ses mots quand il dit vouloir se séparer de ceux qui ne répondent pas à l'attente. Cela vaut pour les petits, mais est-ce aussi le cas pour les managers?" Et de se référer formellement à Louis Collet, ICT-manager du SPF Finances.

En savoir plus sur:

Nos partenaires