La commission vie privée vous apprend comment vous faire "oublier" en ligne

04/06/14 à 13:54 - Mise à jour à 13:54

Source: Datanews

La commission vie privée a placé sur son site web des informations relatives au "droit à se faire oublier". Les personnes intéressées peuvent y apprendre comment elles peuvent introduire une requête chez Google (ou sur d'autres sites) en vue de faire supprimer leurs données, ainsi que les actions qu'elles peuvent entreprendre au cas où leur demande serait refusée.

La commission vie privée vous apprend comment vous faire "oublier" en ligne

© iStock

Suite à un arrêt rendu par la Cour européenne de Justice en mai dernier, tout citoyen européen peut demander que ses données personnelles, si elles sont erronées ou plus du tout pertinentes, n'apparaissent plus dans la liste des résultats proposés par les moteurs de recherche en ligne.

La commission vie privée a placé sur son site web www.privacycommission.be notamment les procédures à suivre pour introduire une requête en vue d'être oublié par un site web et à quelles conditions.

"Le droit d'être oublié signifie que vous pouvez demander que vos données personnelles ne soient plus traitées, mais cela n'est possible que pour des 'raisons impérieuses et légitimes, liées à la [votre] situation particulière'", peut-on y lire. "Il n'est donc pas question que vous puissiez faire supprimer d'un coup par une simple requête adressée à Google tout ce qui a été publié en ligne sur vous ou tout ce que vous avez-vous-même mis en ligne."

Si une requête est rejetée, la personne concernée peut prendre contact avec la commission vie privée et/ou avec la justice, apprend-on encore. "Nous avons mis ces renseignements en ligne surtout dans le but d'informer les gens sur les procédures ad hoc et parce que nous trouvons important que les gens sachent qu'ils doivent d'abord introduire une demande auprès de Google ou d'un site web et pas directement prendre contact avec la commission vie privée", indique Eva Wiertz, porte-parole, qui ajoute qu'après le jugement rendu par la Cour européenne de Justice, la commission vie privée n'a pas reçu un nombre étonnamment plus élevé de demandes sur le sujet. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires