La commission vie privée chargée d'examiner la politique de Snapchat: 'L'entreprise ne peut faire de fausses promesses'

07/01/15 à 14:08 - Mise à jour à 14:09

Le secrétaire d'Etat en charge du respect de la vie privée Bart Tommelein (Open VLD) a demandé à la commission vie privée d'examiner de très près la politique de confidentialité de Snapchat, une appli de partage de photos et vidéos qui disparaissent après avoir été regardées.

La commission vie privée chargée d'examiner la politique de Snapchat: 'L'entreprise ne peut faire de fausses promesses'

© Reuters

Snapchat a récemment conclu un accord avec la commission de commerce américaine (FTC), par lequel l'entreprise promettait d'adapter sa politique de confidentialité. Elle informera plus clairement ses utilisateurs sur la manière dont un message est supprimé après avoir été ouvert, sur quels renseignements elle tient à jour sur eux, sur la façon dont Snapchat se protège contre les abus de ces renseignements, etc.

Le secrétaire d'Etat Tommelein accepte cet accord. 'Il est bon qu'aux Etats-Unis aussi, l'on soit davantage conscientisé dans le domaine de la confidentialité et que l'on y prenne les mesures nécessaires', estime le libéral flamand.

Il a aussi demandé à la commission vie privée de notre pays d'examiner la politique de confidentialité de Snapchat. Conformément au droit belge et européen, une entreprise est en effet tenue de fournir des informations correctes sur sa politique de confidentialité et ce, tant spontanément dans les conditions de confidentialité qu'à la demande de l'utilisateur, selon Tommelein.

'Une entreprise ne peut faire de fausses promesses. Personne ne peut cependant garantir qu'un message Snapchat disparaisse complètement après avoir été ouvert. Le destinataire peut par exemple toujours réaliser une saisie d'écran. Cela doit être clair pour les utilisateurs', souligne le secrétaire d'Etat. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires