La Commission européenne poursuit son enquête à propos d'OpenXML

07/04/08 à 11:50 - Mise à jour à 11:49

Source: Datanews

Pour Neelie Kroes, le dernier mot n'a pas encore été dit à propos de la standardisation d'OpenXML. La Commissaire européenne vérifie en fait si Microsoft a oui ou non abusé de son quasi-monopole dans le cadre de la standardisation de son format de fichier et interroge à cet égard quelques organisations concernées.

Pour Neelie Kroes, le dernier mot n'a pas encore été dit à propos de la standardisation d'OpenXML. La Commissaire européenne vérifie en fait si Microsoft a oui ou non abusé de son quasi-monopole dans le cadre de la standardisation de son format de fichier et interroge à cet égard quelques organisations concernées.

La Commission européenne a envoyé plusieurs questionnaires à diverses instances nationales pour vérifier la façon dont s'est déroulé le processus de standardisation du format de fichier OOXML (alias OpenXML). L'éditeur de logiciels Microsoft, qui a développé le format, a lui aussi reçu le questionnaire, explique BusinessWeek.

La Commission avait annoncé cette enquête en février déjà. Celle-ci est la conséquence d'une série de plaintes introduites par l'European Committee for Interoperable Systems (ECIS). L'on soupçonne aussi que dans le cadre du vote ISO, certaines organisations standardisation nationales aient, peu avant le scrutin, accueilli des membres adeptes d'OOXML.

L'une des organisations interrogées est l'instance de standardisation norvégienne Standard Norge. La Commission européenne recherche des informations qui indiqueraient que le débat et le vote en Norvège aient été influencés. Les Norvégiens affirment qu'il y a eu certes un débat très animé, mais 'pas le moindre comportement impropre, susceptible de fausser le processus de vote '.

La direction de la commission de vote au sein de Standard Norge s'était plainte début avril auprès de l'ISO que l'approbation finale norvégienne n'était pas le reflet d'une majorité des membres de la commission. L'organisation de standardisation norvégienne elle-même annonça cependant peu après qu'elle restait sur sa position.

Microsoft a signalé vouloir collaborer à l'enquête effectuée par la Commission européenne. Tom Robertson, responsable chez Microsoft des standards et de l'interopérabilité, a expliqué à BusinessWeek que des sociétés comme IBM et Google faisaient la même chose que ce dont son entreprise est accusée. C'est ainsi que trois jours avant le scrutin, un collaborateur de Google aurait adhéré à la commission de vote nationale danoise. Il est bien connu que Google était opposée à la standardisation d'OOXML.

En collaboration avec Computable

Nos partenaires