La chinoise LeEco tente de conquérir le monde, à commencer par Apple, Netflix, Oculus et Tesla

20/10/16 à 12:19 - Mise à jour à 12:19

Source: Datanews

Les géants technologiques mondiaux voient arriver un nouveau concurrent. L'entreprise chinoise LeEco vient en effet de se lancer sur le marché américain et tente aussitôt de mettre la pression sur Apple, Uber, Samsung et d'autres sociétés en vue.

La chinoise LeEco tente de conquérir le monde, à commencer par Apple, Netflix, Oculus et Tesla

Les lunettes VR LeEco Explore © LeEco

LeEco est une entreprise quelque peu étrange. Il y a douze ans, elle débutait sous la forme du portail vidéo en ligne LeTV, mais aujourd'hui, elle est devenue un fabricant qui fait un peu de tout: elle diffuse des films qu'elle réalise elle-même vers des téléphones qu'elle produit elle-même. Voilà qui explique aussi pourquoi elle est aussi présente dans le secteur du transport. Elle est également l'un des studios cinématographiques les plus importants de Chine, mais encore l'un des principaux producteurs de smartphones et de téléviseurs sur son marché asiatique.

Or cette entreprise entend à présent s'internationaliser. "Si l'on combine Apple, Amazon, Paramount Pictures, Tesla, Uber et Netflix, l'on obtient ce que fait LeEco en Chine", explique Danny Bowman, chief revenue officer pour LeEco North America, à Cnet.

Lors d'un événement relativement théâtral, l'entreprise s'est présentée aux Américains en leur disant qu'elle allait d'un coup lancer tout un éventail de produit sur leur marché. Cela a commencé par des smartphones et quatre téléviseurs que l'on peut acheter via son site web. Tout acheteur reçoit en plus un abonnement EcoPass comprenant cinq téraoctets de capacité de stockage dans le nuage, ainsi que des options de streaming et autres.

Le LeEco Super Bike

Le LeEco Super Bike © LeEco

Mais l'offre ne s'arrête pas là, puisque l'entreprise propose aussi un vélo électrique tournant sur Android et incorporant un lecteur musical notamment. Et LeEco prépare des lunettes VR, ainsi qu'une voiture électrique autonome intégrant un service de covoiturage de type Uber. LeEco ne manque donc pas d'ambition, comme vous pouvez le constater.

Ce qui est étonnant, c'est que LeEco ne veut pas se profiler sur le marché américain comme une alternative économique, comme l'avait fait par exemple Huawei à ses débuts. Le terme 'eco' signifie ici 'écosystème', et LeEco développe donc une vision holistique. L'entreprise entend être un concentrateur où tout son matériel et ses logiciels sont interconnectés. Où votre vélo parle à votre téléphone, et où votre voiture diffuse votre musique préférée. L'on est curieux de voir si LeEco réussira à s'imposer aux Etats-Unis, où l'on se fait encore un peu du souci à propos de

Nos partenaires