La Chine impose un espionniciel dans la partie musulmane

25/07/17 à 11:58 - Mise à jour à 11:59

Source: Datanews

Le gouvernement chinois obligerait les habitants d'un chef-lieu local à installer un spyware. Il entend ainsi lutter contre le terrorisme dans une région qui proteste régulièrement contre le régime chinois.

La Chine impose un espionniciel dans la partie musulmane

. © © Twitter utilisateur @o66071443

Il s'agit plus exactement d'Umruqi, le chef-lieu régional de la province du Xinjiang, mieux connue comme le territoire des Ouïgours, une peuplade d'origine turque, des musulmans sunnites qui habitent cette partie de la Chine.

Sur la base de différents messages parus sur les médias sociaux, The Register signale que le gouvernement chinois contraint depuis peu les habitants de cette province à installer l'appli Jing Wang ('internet propre') sur leurs appareils. Cette appli bloque certains sites web, explore les smartphones à la recherche d'images illégales, empêche l'installation d'applis spécifiques, tient à jour les communications de chat et les log-ins wifi, avant d'expédier ces informations conjointement avec les données SIM et IMEI des utilisateurs. Bref, il s'agit là de l'outil d'espionnage idéal.

Toute personne qui n'installe pas l'appli, risque une peine de dix jours de prison. La police contrôlerait également les citoyens, afin de se rendre compte si l'appli est bien installée sur leur téléphone. A noter aussi que dix femmes d'origine kazakhe ont été arrêtées, après que la Chine ait intercepté leurs conversations de groupe à propos des immigrants.

Tensions

Le Xinjiang est officiellement une région autonome, comparable au Tibet, qui jouxte huit pays et possède par conséquent une population composée notamment d'Ouïgours, de Kazakhes et de Mongols. La Chine tente cependant depuis des décennies déjà d'y faire émigrer des Chinois Hans. Cette situation provoque des tensions et parfois de violents incidents entre les Chinois et les Ouïgours.

Depuis assez longtemps déjà, la Chine applique la censure et enfreint les droits de l'homme. Mais récemment, la machine à censurer s'est mise à tourner à plein régime. C'est ainsi que depuis peu, certains films et chansons étrangers ne sont plus autorisées dans le pays, alors que les autorités s'en prennent aussi aux services VPN permettant de contourner la muraille de la censure chinoise.

En savoir plus sur:

Nos partenaires