"La centrale d'alarme de Hasselt est la moins fiable du pays"

18/11/11 à 14:10 - Mise à jour à 14:10

Source: Datanews

Le président national du syndicat de la police SNPS, Gert Cockx, est surpris du fait que l'Intérieur nie les problèmes liés à la centrale 101 lors de Pukkelpop. "Ce n'est pas un secret que le software laisse régulièrement à désirer dans les salles de contrôle. En outre, Hasselt dispose de la centrale d'alarme la moins fiable du pays." Astrid, le réseau de communication numérique des services de secours belges, dispose de onze centrales d'alarme pour les appels d'urgence, à savoir une par province et une dans la Région de Bruxelles-Capitale. Les salles de contrôle permettent de recevoir les appels d'urgence et de les transférer vers les services compétents.

"La centrale d'alarme de Hasselt est la moins fiable du pays"

Le président national du syndicat de la police SNPS, Gert Cockx, est surpris du fait que l'Intérieur nie les problèmes liés à la centrale 101 lors de Pukkelpop. "Ce n'est pas un secret que le software laisse régulièrement à désirer dans les salles de contrôle. En outre, Hasselt dispose de la centrale d'alarme la moins fiable du pays." Astrid, le réseau de communication numérique des services de secours belges, dispose de onze centrales d'alarme pour les appels d'urgence, à savoir une par province et une dans la Région de Bruxelles-Capitale. Les salles de contrôle permettent de recevoir les appels d'urgence et de les transférer vers les services compétents.

Selon Gert Cockx, président du syndicat de la police SNPS, la centrale 101 de la police de Hasselt a été inaccessible au minimum pendant un quart d'heure durant Pukkelpop en raison de la surcharge due au grand nombre de coups de téléphone entrants, ce qui a entraîné son plantage (crash).

"Ce sont les opérateurs eux-mêmes qui ont indiqué qu'ils ne pouvaient plus recevoir d'appels d'urgence pendant un certain temps", affirme Cockx. "J'ai évidemment contrôlé cette information à plusieurs reprises auprès de divers spécialistes. Il n'y a aucun doute possible: Hasselt a été paralysée pendant tout un temps. Alors qu'on pourrait s'attendre à ce qu'une centrale d'urgence continue de fonctionner durant les périodes de grande nécessité."

Le président trouve étrange que tant le cabinet de l'Intérieur que le gouverneur de la province du Limbourg jouent les innocents. "Tout le monde sait que les centrales d'alarme d'Astrid bafouillent régulièrement. Le logiciel d'interfaçage date de dix ans et est complètement désuet."

Si l'on examine le nombre d'interventions, Hasselt s'avère depuis quelque temps déjà le plus mauvais élève de la classe. Leuven (Brabant flamand) occupe la peu enviable deuxième position, Charleroi la troisième et Liège la quatrième. "L'on envisage aujourd'hui de renouveler le logiciel, mais cela coûterait un million d'euros par province, et l'on n'a pas l'argent pour ce faire."

Cockx: "Si l'on considère que Hasselt dispose de la centrale la moins fiable du pays, ce n'est assurément pas étonnant qu'elle ait cafouillé durant la catastrophe du Pukkelpop", ajoute-t-il encore. "Et lorsque ce genre d'installation se plante, il faut au moins un quart d'heure pour tout redémarrer."

Astrid dément Frederik Langhendries, porte-parole d'Astrid, nie formellement qu'il y ait eu un problème technique avec la centrale 101 de Hasselt ("si un problème se manifeste, nous en sommes informés. Quod non"), et insinue que Cockx parle peut-être de la centrale 100, cet autre point auquel les citoyens peuvent s'adresser pour contacter les services d'urgence (mais pas la police).

Dans le cadre de l'introduction d'un numéro d'urgence 112 uniforme européen, le gouvernement belge avait décidé en 2005 de faire collaborer les centrales 101 et 100 au même endroit et avec le même logiciel, mais selon Langhendries, il y a encore pas mal de pain sur le planche à ce niveau.

"Provisoirement, seules les centrales 100 de Flandre Orientale (depuis 2007) et du Brabant Flamand (depuis 2009) se trouvent sur le réseau de communication d'Astrid", déclare Langhendries. "Les autres centrales - donc aussi celle du Limbourg - fonctionnent encore sur l'ancienne plate-forme et doivent encore effectuer la migration."

En savoir plus sur:

Nos partenaires