La CE approfondit son enquête Vista après une plainte de McAfee

03/10/06 à 00:00 - Mise à jour à 02/10/06 à 23:59

Source: Datanews

La branche antitrust de la Commission européenne (CE) étend son enquête sur la prochaine version de Windows, Vista. La CE estime que le nouveau produit de Microsoft doit être examiné plus en profondeur suite à une plainte déposée par l'entreprise de sécurité McAfee.

La plainte porte sur l'ajout des possibilités de cryptage dans Windows Vista. En outre, la CE se préoccuperait aussi de l'intégration de la reconnaissance de l'écriture dans le système d'exploitation dominant le marché. Ces deux éléments saperaient autant de marchés d'applications pour PC et entrâveraient la concurrence. En plus de McAfee, quelques plus petits éditeurs européens de logiciels se sont aussi plaints auprès de la CE.Microsoft affirme pouvoir ajouter à sa guise des fonctions à son système d'exploitation. Ce "droit à l'innovation", comme le qualifie lui-même le fournisseur, est en effet dans l'intérêt du consommateur, argumente l'éditeur américain de logiciels.Les autorités antitrust estiment cependant que cela risque à plus long terme de nuire au marché et donc aussi au consommateur. Une concurrence déloyale due à une intégration au système Windows dominant le marché entraînerait une régression du nombre de fournisseurs d'une fonction ou d'une application et offrirait moins de choix au consommateur. Finalement, cela se traduirait par une indépendance et une nouvelle monopolisation.En outre, il y a toujours un conflit en cours entre Microsoft et diverses sociétés de sécurité, dont McAfee et Symantec. Leurs applications n'ont en effet dans Windows Vista plus accès au noyau et ne fonctionneraient de ce fait plus. A cet égard, McAfee a inséré une annonce d'une page dans le journal Financial Times afin de tenter d'attirer l'attention sur l'éviction d'entreprises antivirus par Microsoft suite à l'arrivée du nouveau système d'exploitation de celle-ci, Windows Vista. Microsoft, qui fournit elle-même depuis peu aussi du logiciel de sécurité, prétend que la protection du noyau sert précisément la sécurité. McAfee et Symantec ne sont pas très impressionnés par l'argument de Microsoft: le noyau aurait entre-temps déjà été piraté.

Nos partenaires