La CBFA relativise la panique en matière d'e-banking

08/10/07 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

Ce week-end a été fertile en rebondissements à propos de la maffia russe qui pillerait des comptes bancaires belges via des applications d'e-banking. Mais depuis 2005, il ne s'agit en fait que de quelque 50 cas, souligne le contrôleur bancaire, la Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA).

Ce week-end a été fertile en rebondissements à propos de la maffia russe qui pillerait des comptes bancaires belges via des applications d'e-banking. Mais depuis 2005, il ne s'agit en fait que de quelque 50 cas, souligne le contrôleur bancaire, la Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA).

Ce week-end, le journal De Tijd a annoncé que de 'très nombreux' comptes avaient été pillés. Des criminels russes auraient 'craqué' des applications mal sécurisées de banking via internet et se seraient ainsi emparés de pas mal d'argent. Cette information dramatique a été cependant ensuite minimisée et relativisée. La VRT flamande a appris qu'il s'agissait de comptes bancaires chez KBC, Dexia et Argenta. Mais cela ne concernerait qu'une cinquantaine de personnes.

KBC insiste auprès de l'agence de presse Belga sur le fait que l'on ne s'est jamais introduit par effraction dans son système central d'e-banking. Selon une porte-parole, il ne s'agit que de quelques clients isolés - moins de 10 - qui ont constaté des anomalies ayant entraîné la disparition de ce qui était déposé sur leur compte. Une enquête doit à présent démontrer si c'était leur PC qui était insuffisamment sécurisé ou s'ils ont utilisé leurs données à la légère. En l'absence de preuves, les clients jouissent du bénéfice du doute et se voient remboursés.

Chez Dexia, on déclare: "Au cours des mois de mai et juin, nous avons observé que des pirates avaient infesté le système. Le problème a été constaté par quatre clients, et nous avons encore réussi à empêcher tout problème." Quant aux clients spoliés, ils ont été dédommagés. En tout, il s'agissait d'un montant de quelque 10.000 euros. "Nous avons immédiatement pris des mesures pour actualiser notre système de sécurité et avons prévenu les autres banques, ainsi que le parquet fédéral", ajoute Dexia. Depuis lors, aucune nouvelle tentative de piratage n'a été observée. Chez Argenta, nous n'avons pu contacter personne désireux d'apporter des commentaires.

Depuis 2005, l'on a recensé en Belgique 51 ou 52 cas réussis de fraude chez des clients adeptes de l'e-banking, a indiqué un porte-parole de la Commission Bancaire, Financière et des Assurances (CBFA) à Belga. En tout, cette fraude porte sur un montant ne dépassant pas 800.000 euros. En 2007, il y a eu 23 cas de fraude, dont certainement 4 et peut-être 16 sont à mettre au compte du crime organisé. Depuis lors, les banques ont pris des mesures supplémentaires. Depuis juin, il n'y a plus eu de tentative réussie, selon CBFA. Celle-ci déclare encore que les 52 cas de fraude réussis doivent être comparés aux 500.000 paiements effectués chaque jour via internet. Selon des spécialistes, la Belgique se distingue tout particulièrement sur le plan de la sécurité en matière d'e-banking, et 52 cas de fraude sur 500.000 transactions journalières, c'est vraiment très peu.

Source: Belga

Nos partenaires