La catastrophe du vol MH17 abusée pour diffuser des liens douteux sur Facebook et Twitter

23/07/14 à 11:38 - Mise à jour à 11:38

Source: Datanews

Des spammers (créateurs de pourriels)abusent de la catastrophe du vol MH17 des Malaysia Airlines pour répandre des liens douteux via Facebook et Twitter notamment.

La catastrophe du vol MH17 abusée pour diffuser des liens douteux sur Facebook et Twitter

© Belga

Des experts de la sécurité en ligne mettent en garde contre des spammers qui propagent des liens douteux renvoyant soi-disant à la catastrophe du vol MH17 des Malaysia Airlines dans l'est de l'Ukraine. Voilà ce qu'annonce la BBC.

Selon l'International Business Times, plusieurs pages Facebook ont été créées ces derniers jours en relation avec cette catastrophe.

Une de ces pages était dédiée à l'une des 298 victimes, dont le nom et la photo ont été utilisés. La page en question aurait contenu une vidéo du crash de l'avion, mais en fait, elle orientait les utilisateurs vers un site pornographique. Quiconque y cliquait, devait même décliner son numéro de téléphone.

Cette page a entre-temps été retirée par Facebook. "Nous supprimons ce genre de page dès que nous en sommes informés", déclare-t-on du côté du site de socialisation.

Sur Twitter également, la catastrophe aérienne est abondamment abusée, selon l'entreprise de sécurité internet TrendMicro. A peine quelques heures après que les Malaysia Airlines aient annoncé via le site de microblogging que le contact avait été interrompu avec l'avion, des tweets suspects ont été envoyés avec le hashtag (mot-dièse) #MH17 renvoyant à des sites web malfaisants.

Selon TrendMicro, les thèmes brûlants sur Twitter sont souvent exploités par les spammers pour générer du trafic vers leurs URL douteuses.

En général, l'on observe souvent que les spammers abusent de catastrophes (ou d'autres événements fréquemment abordés sur internet), selon le spécialiste de la sécurité Richard Cox qui s'est confié à la BBC: "C'est une réaction rapide et prévisible. Ces gens ne s'intéressent qu'à l'argent et n'ont aucune pitié."

En savoir plus sur:

Nos partenaires