La Belgique va passer tous les services publics au crible à la recherche de traces d'espionnage

16/05/14 à 13:59 - Mise à jour à 13:59

Source: Datanews

Après les Affaires Etrangères, tous les autres services publics belges seront passés au peigne fin pour y détecter des traces de cyber-espionnage, à commencer par la Chancellerie du premier ministre.

La Belgique va passer tous les services publics au crible à la recherche de traces d'espionnage

© Thinkstock

Voilà ce que le gouvernement a ordonné, peut-on lire dans De Tijd et L'Echo. La taskforce regroupant des experts en informatique est encore occupée à libérer les Affaires Etrangères de l'espionniciel russe 'Snake', mais le gouvernement l'a pourtant déjà chargée de passer au crible la Chancellerie du premier ministre Elio Di Rupo. Suivront ensuite la Sécurité d'Etat, la police, etc., en fonction du nombre de dossiers confidentiels que ces services de sécurité hébergent.

La CIA réfutée

Des sources confirment que la CIA américaine a offert son aide, mais qu'elle a été réfutée. Des firmes privées ne seront pas non plus impliquées dans le screening.

Un budget de 2 millions d'euros aurait été prévu pour cet examen approfondi des Affaires Etrangères et des autres services publics, selon les deux journaux. (Belga/TV)

Nos partenaires