La Belgique pourrait-elle aussi riposter en cas de cyber-attaque?

10/01/12 à 11:56 - Mise à jour à 11:56

Source: Datanews

Le ministère de la Défense garde le silence à propos de la capacité dont dispose désormais le service du renseignement de l'armée, afin de non seulement neutraliser la menace d'une cyber-attaque, mais aussi de riposter immédiatement.

La Belgique pourrait-elle aussi riposter en cas de cyber-attaque?

Le ministère de la Défense garde le silence à propos de la capacité dont dispose désormais le service du renseignement de l'armée, afin de non seulement neutraliser la menace d'une cyber-attaque, mais aussi de riposter immédiatement.

Voilà ce qu'on peut lire dans Le Soir, et chez tous les porte-parole que nous avons contactés, c'est la même réponse que nous avons reçue: "Pas de commentaires", étant donné que cette matière "concerne le SGRS" (Service Général du Renseignement et de la Sécurité). Selon Le Soir, la loi du 4 février 2010 attribue au service du renseignement - le pendant militaire de la Sécurité d'Etat - un "droit offensif" de riposter à des cyber-attaques étrangères.

La loi en question "à propos des méthodes de collecte de données par les services de renseignements et de sécurité" spécifie en fait que le SGRS a le droit "dans le cadre de cyber-attaques contre les systèmes informatiques et connectiques militaires ou contre les systèmes que contrôle le ministre de la défense territoriale, de neutraliser ces attaques et d'en identifier les auteurs, sans préjudice du droit de réagir immédiatement par une cyber-attaque propre conformément aux dispositions du droit des conflits armés".

Pour Le Soir, qui cite une "source très haut placée", le SGRS dispose "lui-même" de la capacité de riposter, tout comme la possibilité d'intercepter toute communication militaire à l'étranger pour ainsi protéger les intérêts militaires belges.

De nombreux pays étoffent actuellement leurs capacités en matière de cyber-conflits et de cyber-attaques. Les Etats-Unis, Israël et le Japon notamment ont déjà fait des annonces en la matière.

Source: Belga

Nos partenaires