"La Belgique, championne européenne de l'internet ultrarapide"

21/06/12 à 16:08 - Mise à jour à 16:08

Source: Datanews

Selon une récente enquête réalisée par la Commission européenne, la Belgique est le pays au taux de pénétration de l'internet ultrarapide le plus élevé en Europe. Voilà ce qu'a expliqué Luc Hindryckx, président de l'IBPT, lors d'une conférence de presse consacrée à la situation du secteur télécom dans notre pays.

"La Belgique, championne européenne de l'internet ultrarapide"

Selon une récente enquête réalisée par la Commission européenne, la Belgique est le pays au taux de pénétration de l'internet ultrarapide le plus élevé en Europe. Voilà ce qu'a expliqué Luc Hindryckx, président de l'IBPT, lors d'une conférence de presse consacrée à la situation du secteur télécom dans notre pays.

Au moins 30 pour cent des lignes à haut débit fixes en Belgique atteignent une vitesse de 30 Mbps et plus. Nous sommes ainsi le numéro un absolu en Europe, indique le régulateur télécom en se basant sur l'enquête européenne. Une fois n'est pas coutume, nous nous classons avant les Pays-Bas. La moyenne européenne de 7 pour cent est nettement plus faible.

Si l'on considère l'internet à haut débit en général, nous occupons avec 32,4 pour cent la septième place dans la grande famille européenne. D'ici la fin de l'année, nous devrions grimper à la cinquième place. Ici, ce sont nos voisins du nord qui dominent avec un taux de pénétration de 40,6 pour cent.

Sur le plan du haut débit mobile, la Belgique fait nettement moins bien. Avec 1.717.918 utilisateurs, nous sommes classés au 22ème rang en Europe. En 2011, le nombre d'utilisateurs du haut débit mobile dans notre pays a certes crû de 117 pour cent (en 2010, nous en étions encore à 792.000 utilisateurs), mais le fait est que la Belgique reste à la traîne. Preuve en est que la moyenne de l'UE se situe à 43,1 pour cent et que trois pays dépassent aujourd'hui déjà les 80 pour cent.

Luc Hindryckx cite trois raisons à cela. Primo, les smartphones n'étaient jusqu'il y a peu pas subsidiés dans notre pays, ce qui fait que l'on ne pouvait pas en acquérir un pour 1 euro ou un peu plus. Secundo, l'interdiction - entre-temps supprimée - de la vente conjointe a eu également un effet, tout comme, tertio, les problèmes d'obtention des permis de construction et environnementaux pour les antennes, surtout à Bruxelles et aux alentours, mais ailleurs aussi certainement. "Comment pourrait-on s'attendre à ce que les gens adoptent le mobile, si la couverture n'est pas encore optimale?", se demande le président.

Hindryckx table pourtant sur une percée rapide de l'internet mobile: "Nous avons dépassé le stade de la croissance lente. Il faut la considérer comme une courbe de Gauss: après un démarrage lent, cela grimpe et cela peut aller vite. En outre, l'on aura bientôt sur le marché l'internet mobile plus rapide avec le 4G. Pour que ce déploiement se déroule le plus rapidement possible, il convient cependant d'adopter une attitude plus souple au niveau des permis de construction et environnementaux."

Nos partenaires