La Belgique adhère au projet pilote européen eCall

11/01/13 à 11:17 - Mise à jour à 11:17

Source: Datanews

HeRO, le projet pilote européen relatif aux voitures qui, lors d'un accident, appelleraient d'elles-mêmes la centrale d'alarme 112, progresse. Depuis le 1er janvier, la Belgique a rejoint les 9 pays qui avaient fait oeuvre de pionniers, il y a deux ans.

La Belgique adhère au projet pilote européen eCall

HeRO, le projet pilote européen relatif aux voitures qui, lors d'un accident, appelleraient d'elles-mêmes la centrale d'alarme 112, progresse. Depuis le 1er janvier, la Belgique a rejoint les 9 pays qui avaient fait oeuvre de pionniers, il y a deux ans.


Harmonised eCall European Pilot (HeRO) a donc démarré il y a deux ans avec neuf pays. Ce projet pilote entend mettre au point un système paneuropéen permettant aux voitures accidentées d'appeler le numéro d'urgence 112. Tout en lançant cet appel au secours, elles enverraient aussi toutes sortes de données utiles à la centrale d'alarme.


Les résultats de HeRO ont été abordés en décembre dernier lors d'une conférence organisée à Zagreb. L'on y a décidé de poursuivre le projet. Six nouveaux pays, dont la Belgique, adhèrent à présent à HeRO 2. Notre pays entend mettre en oeuvre et tester l'infrastructure nécessaire pour supporter le système eCall paneuropéen. Le projet s'étalera sur deux années et servira ensuite - on l'espère - de base à l'infrastructure qui devrait être opérationnelle en 2015.


Reste à savoir si cette date butoir pourra être respectée. Selon Ertico, l'organisation des standards pour les systèmes de transport intelligents, certains pays de l'UE affichent un manque de volonté politique vis-à-vis de l'introduction effective d'eCall. Il y a aussi la concurrence russe. La Russie développe en effet un système propre basé en partie sur le système paneuropéen présenté, mais fonctionnant avec ses satellites Glonass et ayant divers accents spécifiques. La Finlande, un pays membre de l'UE, et la Fédération Russe testent actuellement l'interopérabilité des deux systèmes le long de leur zone frontière de 1.400 kilomètres.

En savoir plus sur:

Nos partenaires