L'utilisation du GSM permet de voir très précisément où règne la pauvreté

08/12/17 à 18:47 - Mise à jour à 18:47

Des chercheurs américains testent au Sénégal une nouvelle méthode permettant de mieux cartographier l'extrême pauvreté. La méthode utilise les données relatives à l'utilisation du téléphone mobile, ce qui se traduit par de meilleures prévisions.

L'utilisation du GSM permet de voir très précisément où règne la pauvreté

© REUTERS

Avec la nouvelle méthode, un programme informatique réalise des cartes sur base d'une analyse de l'utilisation des téléphones mobiles. Des chercheurs de l'université de Buffalo (Etats-Unis) ont procédé aux premiers tests au Sénégal. Ils ont eu recours à 11 milliards de communications et de messages de texte de plus de 9 millions d'utilisateurs de GSM.

Données satellites

Le contenu des communications et des messages, ainsi que l'identité des utilisateurs sont demeurés anonymes, mais les chercheurs ont néanmoins pu étudier les données indiquant où, quand, comment et avec qui les utilisateurs des GSM communiquaient. Ces données, ils les ont combinées avec celle de satellites, de systèmes d'information géographiques et de stations météorologiques.

Les chercheurs ont ainsi pu avoir une vision précise de la sécurité alimentaire, de l'activité économique, de l'accès aux services et d'autres indicateurs de pauvreté qu'ils ont déduit de critères tels que la présence de l'électricité, de chemins en dur, de champs cultivés et d'autres signes de développement encore. Tout cela a permis de générer des cartes où figure avec précision le niveau de pauvreté de 552 zones, alors que les cartes de pauvreté classiques au Sénégal ne reprennent, elles, que quatre zones.

Possibilité d'une meilleure politique en matière de pauvreté

Les cartes d'extrême pauvreté étaient jusqu'à présent réalisées surtout sur la base d'enquêtes et de chiffres de la population. Or il s'agit là d'une méthode très coûteuse et très fastidieuse. De plus, les cartes qui en résultent, ne sont pas suffisamment détaillées que pour servir de fondement à une politique efficiente.

La nouvelle méthode, par contre, génère en très peu de temps des cartes très détaillées, qui permettent d'effectuer de meilleures prévisions et donc d'élaborer une meilleure politique en matière de pauvreté.

Nos partenaires