L'UE supprime le dernier obstacle sur la route de la suppression des tarifs de roaming

01/02/17 à 12:01 - Mise à jour à 12:00

Source: Datanews

L'Europe a conclu un accord provisoire à propos des tarifs de gros pour les opérateurs mobiles. Voilà qui devrait définitivement aplanir le chemin vers la suppression des tarifs d'itinérance (roaming) cet été.

L'UE supprime le dernier obstacle sur la route de la suppression des tarifs de roaming

. © REUTERS

Il s'agit en l'occurrence des prix que les opérateurs peuvent se facturer mutuellement pour l'utilisation de leurs réseaux, comme par exemple ce que Deutsche Telekom peut facturer à Proximus, si un client de ce dernier surfe ou appelle avec son téléphone mobile d'une ville allemande.

Tarifs de gros

A partir du 15 juin prochain, les données reviendront encore à 7,7 euros par gigaoctet, jusqu'à descendre à 2,5 euros d'ici 2022. Pour la téléphonie, le prix passera de 5 à 3,2 cents dès cet été. Quant au SMS, son prix diminuera de 2 à 1 cent. Les plafonds tarifaires sont revus tous les deux ans et ajustés quand c'est nécessaire.

Selon l'agence Reuters, cette fixation des prix constitue l'un des derniers obstacles en vue de supprimer l'itinérance en Europe, même si cela est relatif car la mesure doit encore être approuvée par le Parlement européen et les pays membres.

Pas trop cher, mais pas non plus gratuit

Trouver un équilibre pour les prix 'wholesale' n'est pas une mince affaire. C'est ainsi que les prix d'un abonnement national sont dans certains pays nettement inférieurs à ceux pratiqués dans d'autres, et les acteurs concernés préfèrent ne pas trop payer pour la consommation de données de leurs clients sur un réseau étranger. En même temps, les opérateurs des pays de vacances populaires ne veulent pas que des millions de touristes utilisent leur réseau, sans qu'ils leur versent eux ou leur opérateur national une contrepartie correcte.

15 juin

Ces dernières années, les tarifs d'itinérance ont systématiquement diminué. Si tout se passe comme prévu, ils devraient disparaître définitivement le 15 juin 2017. C'est l'opérateur à décider si la consommation sera simplement incluse dans le prix de l'abonnement ou si elle se fera au tarif national.

La suppression des tarifs de roaming serait pour les consommateurs l'une des actions les plus évidentes que prendrait l'UE. Mais elle va aussi de pair avec la lenteur européenne bien connue, puisque ce projet existe à présent depuis plus de dix ans et que l'objectif initial était la suppression du roaming en... 2015. Il se fait que certains pays membres refusent en permanence sous la pression de leurs opérateurs locaux, qui craignent des pertes de revenus.

Nos partenaires