L'optimisme parmi les porteurs de cheveux gris(onnants)

04/04/14 à 13:28 - Mise à jour à 13:28

Source: Datanews

L'enquête sur les salaires réalisée par Data News révèle tant un certain optimisme parmi les informaticiens belges que la poursuite du vieillissement du marché du travail ICT, selon le Data News Career Guide 2014.

L'optimisme parmi les porteurs de cheveux gris(onnants)

L'enquête sur les salaires réalisée par Data News révèle tant un certain optimisme parmi les informaticiens belges que la poursuite du vieillissement du marché du travail ICT, selon le Data News Career Guide 2014. Malgré une économie balbutiante et la pression sur les budgets ICT, l'année écoulée a été plus que raisonnablement positive pour l'informaticien belge. La rémunération a bien résisté (pour 51% des répondants), voire a progressé légèrement (43%), alors que - plus important encore -, le nombre d'emplois ICT dans les entreprises a plus souvent crû (28%) que régressé (22%).

Il en résulte que la tension grimpe de nouveau sur le marché du travail ICT et qu'il y a de nouveau davantage d'optimisme pour les informaticiens en vue de d'éventuellement trouver rapidement un nouvel emploi.

Ce n'est pas que l'informaticien belge à la bougeotte, puisque 58% ne sont pas davantage tentés de changer d'emploi que l'année dernière. Il (ou elle, même si moins de 10% sont des informaticiennes) aime son job, alors que 89% se voient encore actifs dans l'informatique d'ici cinq ans et ce, malgré les semaines de travail parfois longues. Pas moins de 80% choisiraient du reste encore un emploi dans l'ICT - un argument qui ne touche que trop peu les jeunes.

Pour ce qui est de la rémunération, le salaire et la voiture de société restent les exigences favorites, mais un meilleur équilibre entre le travail et le temps libre, ainsi que la perte de temps à effectuer les navettes semblent être des facteurs à l'importance croissante. Le télétravail est donc prisé également par l'informaticien, puisque moins de 20% des répondants ne le citent pas au rang des possibilités.

Vieillissement Le principal point de préoccupation est probablement que le vieillissement des informaticiens dans notre pays est de plus en plus criant. Après des années de disette au niveau de l'attirance des jeunes pour le secteur, 66% des répondants indiquent avoir '40 ans ou plus', dont 42% 'ont plus de 45 ans'.

Combiné à un autre point noir - 26% des répondants n'ont bénéficié d'aucun jour de recyclage l'année dernière -, voilà qui ne promet rien de bon d'ici 10 à 15 ans... Même si le niveau de formation de l'informaticien croît, 54% indiquent éprouver des difficultés à suivre les développements ICT.

L'externalisation offrira assurément une solution (partielle) au problème, mais exigera quand même aussi une sérieuse expertise ICT de la part du client. Des informaticiens étrangers viennent également se présenter, mais les entreprises considèrent néanmoins leur manque de connaissances linguistiques comme un solide obstacle.

Bref, l'enquête salariale de Data News esquisse une image de l'informaticien belge qui a ces dernières années mieux résisté à la tempête que ses collègues des pays proches. Il envisage donc l'avenir avec un peu plus d'enthousiasme et d'optimisme, même si pour un nombre croissant d'entre eux, le futur s'apparente à la... retraite.

Il s'agit là aussi d'un rappel à l'ordre pour les entreprises qui doivent s'occuper dans l'urgence de la rétention et du transfert de la connaissance en leur sein, afin d'éviter que d'ici quelques années, la connaissance de l'ICT interne ne disparaisse tout simplement...

En savoir plus sur:

Nos partenaires