L'internet sans fil nuisible pour les arbres? (update)

19/11/10 à 12:02 - Mise à jour à 12:02

Source: Datanews

Les arbres semblent pâtir du rayonnement de l'internet sans fil.

L'internet sans fil nuisible pour les arbres? (update)

Les arbres semblent pâtir du rayonnement de l'internet sans fil, selon une récente étude réalisée par quelques universités néerlandaises.

La TU Delft, TNO, la commune néerlandaise d'Alphen aan den Rijn et la Wageningen Universiteit ont publié les résultats d'une étude portant sur des anomalies inexplicables apparaissant sur les arbres d'Alphen aan den Rijn, écrit la revue Webwereld. La cause ne semble pas en être des virus ou des bactéries spéciales.

L'étude révèle que des phénomènes pathogènes se manifestent dans l'ensemble du monde occidental. Aux Pays-Bas, 70 pour cent de l'ensemble des arbres en zone urbaine semble ainsi souffrir des mêmes symptômes. Il y a cinq ans, l'on n'en était encore qu'à 10 pour cent.

Les chercheurs évoquent à présent deux causes possibles. La première est l'internet sans fil, ce qu'ils ont réussi à reproduire. "Dans un espace climatologique donné, des frênes et différentes plantes herbacées ont été exposés pendant trois mois à 6 sources de rayonnement (access points) à des fréquences variant de 2.412 à 2.472 MHz, à une puissance de 100 mW EIRP et à une distance comprise entre 50 et 300 cm", mentionne Webwereld. "Les premières observations révèlent un impact négatif sur la santé des frênes. A la fin de la période d'examen, le feuillage proche des sources de rayonnement présentait des traces de sulfure de plomb qui semblent être la conséquence de l'atrophie de l'épiderme supérieur et inférieur des feuilles. Ce sulfure de plomb ou galène provoque l'assèchement et l'étiolement d'une partie de la feuille."

Il n'empêche que les chercheurs laissent la porte ouverte à une seconde explication possible à côté du rayonnement électromagnétique, à savoir les particules ultrafines. Ces particules sont si petites qu'elles peuvent pénétrer à l'intérieur des organismes et y stimuler des malformations.

Update
Il est clair que ce sujet est sensible. L'organisme de recherche TNO, qui a également plusieurs fois pris part à des débats à ce propos et a reçu des réactions aux méthodes et aux résultats de mesurage de cette étude, se distancie à présent des conclusions de cette dernière, peut-on lire dans un communiqué de presse: "TNO se distancie formellement des conclusions évoquant un lien de cause à effet entre WiFi et la santé des plantes et en laisse donc l'entière responsabilité à l'Universiteit Wageningen."

Nos partenaires