L'informatisation de la Justice coûte une fortune

19/10/07 à 11:30 - Mise à jour à 11:29

Source: Datanews

D'un rapport confidentiel auquel le journal De Tijd a eu accès, il appert que les coûts de l'informatisation de tous les aspects de la Justice sont énormes. Les frais de développement sont estimés à plus de 36 millions d'euros, en plus des 11 millions déjà dépensés par l'Etat dans le contrat Phénix conclu avec l'entreprise Unisys et qui s'est soldé par un échec.

D'un rapport confidentiel auquel le journal De Tijd a eu accès, il appert que les coûts de l'informatisation de tous les aspects de la Justice sont énormes. Les frais de développement sont estimés à plus de 36 millions d'euros, en plus des 11 millions déjà dépensés par l'Etat dans le contrat Phénix conclu avec l'entreprise Unisys et qui s'est soldé par un échec.

Dans ce rapport, le service informatique fédéral Fedict a élaboré un nouveau plan en plusieurs étapes en vue de faire quand même entrer dans le 21ème siècle les réseaux d'ordinateurs des parquets et tribunaux. Le système devrait pouvoir traiter pas moins de 10 milliards de pages. C'est surtout dans les tribunaux de première instance que le besoin est le plus pressant. Aux frais prévus pour ce nouveau plan s'ajoutent les dépenses que doit consentir l'Etat suite à l'échec du projet Phenix. Celui-ci a déjà coûté plus de 11 millions d'euros.

Mais du côté d'Unisys aussi, le projet Phenix ne cesse d'engendrer des coûts supplémentaires. "Personne ne gaspille des millions de gaieté de coeur", déclare Marc Lambotte, 'country general manager' d'Unisys, qui se montre encore et toujours prêt à trouver un arrangement à l'amiable. "Le problème, c'est que nous n'avons pour l'instant personne avec qui parler", avance-t-il sur un ton quelque peu badin. Si les négociations pour la formation d'un gouvernement durent encore quelques mois, il est possible que cela compromette chez Unisys quelques nouveaux projets qui doivent passer par un gouvernement fédéral à part entière.

Nos partenaires