L'été indien

02/10/09 à 10:00 - Mise à jour à 09:59

Source: Datanews

Était-ce dû aux magnifiques journées post-estivales ou à l'une ou l'autre concession faite au PS dans un autre dossier?

Était-ce dû aux magnifiques journées post-estivales ou à l'une ou l'autre concession faite au PS dans un autre dossier?

Toujours est-il que les socialistes francophones ont abandonné leur exigence d'une représentation au sein du conseil de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications, l'IBPT. Et voilà que subitement, la proposition du jury et de Selor, le bureau de recrutement du gouvernement, l'a emporté sur les deux autres scénarios 'politiques'. Une plume - tardive certes! - au chapeau du ministre Van Quickenborne.

Les dispositions du cabinet restreint ne doivent plus qu'être coulées dans un Arrêté Royal. Qui sait, le nouveau conseil pourrait peut-être encore être opérationnel fin octobre. La seule survivante de l'équipe précédente est Catherine Rutten (openVLD), qui n'a pas caché ses ambitions et briguait même la présidence du conseil. Tel aurait été le cas si l'un des autres scénarios l'avait emporté.

Le président actuel, Eric Van Heesvelde, qui a bien dirigé le régulateur durant les 16 dernières années, n'a pas apprécié l'évaluation négative du ministre et a porté l'affaire devant le Conseil d'Etat. Van Heesvelde, et son sempiternel petit cigare, a joué un rôle déterminant dans l'histoire télécom belge, mais contrairement à ses collègues aux Pays-Bas, en France ou en Grande-Bretagne, il a rarement obtenu des autorités les moyens requis pour des interventions réellement régulatrices. Il mérite des éloges pour son travail. Il y en a qui ont été nommés baron pour moins que cela.

A présent que le nouveau conseil est en selle, reste à savoir s'il pourra faire mieux que le précédent. Deux acteurs de l'écurie France Télécom, est-ce un bon équilibre? Et le nouveau président, Luc Hindryckx, qui a été actif des années durant chez Telenet, osera-t-il ouvrir le câble à la concurrence? Laissons-lui le bénéfice du doute. Qui sait, peut-être la nouvelle équipe fera-t-elle le beau temps. Le secteur examinera en tout cas à la loupe les premiers résultats.

Nos partenaires