L'envoi de SMS de l'étranger nettement moins cher

24/09/08 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

La Commission européenne a proposé de réduire de 60 pour cent en moyenne les tarifs d'itinérance ('roaming') dans l'Union européenne pour l'envoi de messages de texte (SMS).

La Commission européenne a proposé de réduire de 60 pour cent en moyenne les tarifs d'itinérance ('roaming') dans l'Union européenne pour l'envoi de messages de texte (SMS).

Au sein de l'Union européenne, le tarif d'itinérance moyen pour l'envoi d'un SMS de l'étranger est de 0,29 euro. Ce coût varie fortement d'un pays à l'autre et d'un fournisseur à l'autre, mais dans certains cas, il peut être dix fois supérieur à celui d'un SMS national.

La Commission européenne propose à présent d'introduire dans toute l'UE un plafond de 0,11 euro pour les utilisateurs du GSM. Les prix 'wholesale' que les opérateurs paient les uns aux autres, ne pourront plus dépasser 0,04 euro. Ces tarifs résultent des recommandations faites plus tôt cette année par le groupe européen des régulateurs.

"Au sein de l'UE, l'utilisation du GSM à l'étranger ne pourra plus être disproportionnée par rapport à ce qu'elle est à l'échelle nationale. Les 37 millions de touristes européens et les 110 millions de voyageurs d'affaires souhaitent que le marché intérieur européen sans frontière entraîne enfin une réduction de leur facture téléphonique", a déclaré Viviane Reding, commissaire européenne des télécoms. En 2007, on a envoyé dans l'UE pas moins de 2,5 milliards de SMS pour un montant total de 800 millions d'euros.

En outre, la Commission entend mieux protéger les utilisateurs du GSM contre les frais incroyablement élevés qui peuvent résulter de la navigation mobile sur internet. Il y a ainsi le cas bien connu d'un client qui a dû s'acquitter d'une facture de 40.000 euros pour avoir téléchargé un programme TV sur son GSM à l'étranger. A partir de l'été 2010, le client devra d'abord préciser le montant maximum prévu de sa facture, et le service utilisé se bloquera une fois ce montant atteint. De plus, la Commission vise également un tarif 'wholesale' d'1 euro par mégaoctet.

La Commission mène depuis des années déjà un combat fanatique contre les tarifs d'itinérance exorbitants. Non seulement parce que ces derniers sont considérés par beaucoup comme la vache à lait des opérateurs, mais aussi parce qu'après l'échec des référendums sur la constitution européenne, la Commission a accordé plus d'attention aux dossiers représentant des avantages pratiques pour les citoyens. C'est ainsi qu'elle a déjà réduit les coûts des communications téléphoniques mobiles de et vers l'étranger.

De plus, la Commission a annoncé une mesure supplémentaire en vue de limiter les abus en matière de tarifs d'itinérance. A partir de 30 secondes, les communications sortantes seront facturées par seconde, et les appels entrants à partir de la première seconde. Une étude a en effet démontré que pour les communications sortantes et reçues, le client paie respectivement 24 et 19 pour cent de plus que ce que représente la durée d'appel réelle exprimée en minutes.

Le ministre de l'entreprise et de la simplification Vincent Van Quickenborne a immédiatement réagi à ces propositions et va même plus loin encore. Il va ainsi inviter la Commission européenne à introduire également un tarif maximal en 'data roaming'. "Je vais demander à la Commission européenne de prévoir un prix maximal en 'data roaming', afin de stimuler l'utilisation des données mobiles pour les consommateurs et les entreprises. Les prix actuels sont encore trop élevés et freinent l'utilisation des nouvelles technologies", affirme Van Quickenborne.

Nos partenaires