L'économie internet belge reste moyenne

06/03/13 à 12:15 - Mise à jour à 12:15

Source: Datanews

L'économie internet dans notre pays croît certes, mais pas assez vite pour rattraper le retard accumulé ces dernières années.

L'économie internet belge reste moyenne

L'économie internet dans notre pays croît certes, mais pas assez vite pour rattraper le retard accumulé ces dernières années.

Entre 2009 et 2011, les achats sur internet ont crû en Belgique de 37,5 pour cent pour passer de 3,2 milliards d'euros à 4,4 milliards d'euros. En 2009, l'économie internet belge contribuait encore pour 2,5 pour cent ou 8,6 milliards d'euros au produit intérieur brut. En 2011, elle en était à 3 pour cent, soit 10,7 milliards d'euros. Voilà ce qui ressort des chiffres du Boston Consulting Group (BCG) que le journal De Tijd a pu consulter (par 'économie internet', BCG envisage non seulement les achats en ligne, mais aussi les investissements dans les réseaux et sites web, ainsi que les achats de smartphones).

"L'internaute belge a en 2011 dépensé 475 euros sur internet, contre 400 euros en 2009", a expliqué Filiep Deforche à De Tijd. "Les particuliers achètent donc toujours plus de biens en ligne, mais malgré ces chiffres en croissance, la Belgique demeure un pays moyen au niveau de l'e-intensity (le taux de pénétration d'internet dans la société). Nous évoluons certes, mais nous ne rattrapons pas notre retard."

Selon Deforche, cela n'est pas dû à l'infrastructure qui serait bonne en Belgique, mais à la crainte permanente des consommateurs, ainsi qu'à l'utilisation restreinte que font encore et toujours les PME d'internet. Seul un tiers de nos petites et moyennes entreprises sont pleinement actives en ligne, ce qui nettement moins que dans les pays avoisinants.

Last but not least, les pouvoirs publics belges ne s'en tirent pas bien non plus, selon BCG. Pour ce qui est de la connectivité entre les pouvoirs publics et les citoyens, notre pays occupe la 27ème place dans le classement des Nations Unies. Nous sommes ainsi tout proches du Pakistan, de l'Albanie et de l'Azerbaïdjan.

Nos partenaires