L'Associatie K.U.Leuven vise une centralisation ICT poussée

22/06/10 à 12:31 - Mise à jour à 12:31

Source: Datanews

L'Associatie K.U.Leuven, qui comprend douze écoles supérieures en plus de l'université de Louvain, crée un Competentiecentrum Diensten Algemeen Beheer (centre de compétences pour des services de gestion générale). Ce centre coordonnera les services de support. L'ICT y sera un élément important.

L'Associatie K.U.Leuven vise une centralisation ICT poussée

L'Associatie K.U.Leuven, qui comprend douze écoles supérieures en plus de l'université de Louvain, crée un Competentiecentrum Diensten Algemeen Beheer (centre de compétences pour des services de gestion générale). Ce centre coordonnera les services de support. L'ICT y sera un élément important.

Le Competentiecentrum Algemeen Beheer couvrira notamment la gestion des bâtiments et de l'infrastructure, de l'énergie, des bibliothèques, de la fiscalité et des assurances, des achats, ainsi que de la politique de prévention, de sécurité, de la santé et de l'environnement,... Mais l'ICT sera aussi une responsabilité importante du centre de compétences. L'objectif est d'assurer une intégration plus efficiente de toutes les écoles supérieures et de l'université.

"Via des groupes de travail, nous avons exécuté ces dernières années déjà un certain nombre de projets, dont les avantages sont bien visibles", déclare Koen Debackere, gestionnaire général de la K.U.Leuven, sur le site web de l'université. "Il y a l'achat commun d'équipement ICT, ce qui permet non seulement de bénéficier de prix plus favorables, mais ce qui mène aussi à une plus grande standardisation. Il y a des contrats groupés pour la téléphonie et l'énergie. La plate-forme d'apprentissage électronique Toledo sera utilisée de manière intensive au niveau de l'association. Mais nous devons aller plus loin. Il y a le besoin d'une uniformisation plus poussée de plusieurs processus. Aujourd'hui, chacun des douze partenaires de l'association travaille avec son propre système informatique. Chacun fournit individuellement certes de bons résultats, mais pour obtenir une collaboration directe, un échange fluide de l'information est nécessaire."

Concrètement, l'objectif est d'évoluer vers une plate-forme SAP commune. Plusieurs écoles supérieures en ont entre-temps déjà commencé le déploiement. "La migration vers SAP est un projet énorme", ajoute Debackere. "Chaque institution disposait jusqu'à présent de son propre système informatique. Il est normal que le passage à un nouveau système aille de pair avec la perte d'une fonctionnalité limitée. Nous comprenons que ce soit quelque chose de délicat, mais cette perte sera à terme plus que compensée par les avantages offerts par un système intégré."

Parmi les autres projets planifiés, citons par exemple la possibilité d'accéder à la banque de données de recherche Lirias pour les chercheurs des écoles supérieures, l'informatisation de l'ensemble pédagogique avec le 'Corona-campus management', un système bibliothécaire commun, du software anti-plagiat, ... L'on y rêve aussi d'un centre de données commun d'une capacité de backup suffisante. "A présent, chaque institution possède son propre parc de serveurs et sa capacité de stockage. En regroupant le tout, l'on économisera sur l'espace et sur l'énergie, ne serait-ce qu'en termes de refroidissement de toutes ces machines."

En savoir plus sur:

Nos partenaires