L'accès à plus de 800 sites pornos bloqué en Inde

03/08/15 à 15:14 - Mise à jour à 15:14

Source: Datanews

Le gouvernement indien a fait bloquer l'accès à 857 sites pornographiques. Selon un porte-parole du ministère de la Technologie de l'information, il est question ici 'de protéger le tissu culturel de la société'.

L'accès à plus de 800 sites pornos bloqué en Inde

© REUTERS

Visionner du contenu pornographique est autorisé en Inde, mais pas sa diffusion. L'application de la mesure de blocage dans la pratique prendrait encore quelques jours. L'annonce de ce blocage a de quoi étonner: il n'y a en effet pas eu de débat parlementaire ou social préalable sur ce thème.

Sur les réseaux sociaux, pas mal d'Indiens qualifient leur gouvernement nationaliste hindou de "conservatif" et de "pudibond". Mais l'on y trouve aussi des réactions positives, surtout de ceux qui voient un lien entre le fait de regarder du contenu porno et l'extension de la violence sexuelle dans le pays.

'Les Indiens parmi les grands consommateurs pornographiques'

Récemment encore, la haute cour de Justice indienne a décidé qu'il n'y avait aucune raison de s'occuper d'adultes qui regardent des programmes pornographiques. Mais selon une source anonyme auprès du ministère de la Technologie de l'information, la mesure de blocage prise a plutôt été dictée par la préoccupation que la haute cour de Justice a exprimée à propos de l'échec subi par le ministère de l'Intérieur dans sa tentative de bloquer les sites web à caractère pédopornographique.

Le journal Hindustan Times cite des données de Pornhub, l'un des principaux sites dans ce domaine, d'où il ressort que les Indiens comptent parmi les plus grands 'consommateurs' de pornographie sur internet et représentent 40 pour cent des visiteurs du site.

D'après le porte-parole du ministère de la Technologie de l'information, il s'agit là d'une mesure temporaire: 'Aujourd'hui, les autorités préparent un cadre réglementaire, susceptible de contenir diverses mesures, telles que des campagnes de conscientisation.'

En savoir plus sur:

Nos partenaires