Juniper enregistre une croissance de 472% du malware Android

18/11/11 à 14:04 - Mise à jour à 14:04

Source: Datanews

Depuis juillet 2011, le nombre de maliciels Android ciblant les systèmes mobiles a progressé de pas moins de 472%, après des hausses précédentes déjà importantes.

Juniper enregistre une croissance de 472% du malware Android

Depuis juillet 2011, le nombre de maliciels Android ciblant les systèmes mobiles a progressé de pas moins de 472%, après des hausses précédentes déjà importantes. Le 'Malicious Mobile Threats Report' du spécialiste de la connectivité Juniper Networks fait état d'une forte hausse du malware dans le monde Android au cours des deux dernières années. Depuis juillet, l'augmentation a été de 472%, mais au cours des périodes précédentes, l'on avait déjà enregistré des croissances de 28 à 171%. Et cela a succédé à une hausse de 400% durant la période comprise entre 2009 et l'été 2010. Ces chiffres se basent sur des observations faites par le Global Threat Center (GTC) de Juniper. En outre, les attaques sont devenues de plus en plus fortes avec toujours plus souvent du malware capable de s'en prendre à l'accès racine (90% des maliciels recensés). De plus, 55% des maliciels servent de 'spyware' et 44% de chevaux de Troie SMS (envoi de messages SMS coûteux).

Selon le GTC, les auteurs des maliciels auraient fait le pas vers Android (de Symbian et d'anciennes versions de Windows Mobile), parce que le modèle 'open store' dans les magasins d'applications Android facilitent la propagation du malware - "sans le 'code signing' et le contrôle préliminaire comme exigé par Apple". Juniper insiste du reste sur le fait que les autres environnements mobiles, tels iOS et RIM, ne sont pas non plus immunisés contre le malware, mais que les pirates - comme toujours - choisissent le marché le plus vaste et le plus aisé. Outre le grand nombre de systèmes Android, il y a aussi le fait que l'immense majorité des utilisateurs Android ne font pas tourner de logiciel de sécurisation et n'actualisent pas leurs systèmes. Le rapport affirme clairement que la plupart des virus connus (77%) se retrouvent encore et toujours dans l'environnement Symbian.

Pour ce qui est de l'avenir, le GTC s'attend à davantage d'attaques via la technologie 'near field communication' (NFC) et l'exécution de transactions financières, mais aussi d'attaques par le biais des navigateurs mobiles.

En savoir plus sur:

Nos partenaires