Joëlle Milquet lance la campagne 'Stop cyberhate!'

02/12/13 à 14:10 - Mise à jour à 14:10

Source: Datanews

La ministre de l'Intérieur et de l'Egalité des Chances Joëlle Milquet entend combattre le cyber-harcèlement avec une appli pour smartphone et plusieurs clips vidéo créés par et pour les jeunes.

Joëlle Milquet lance la campagne 'Stop cyberhate!'

© Belga

L'on voit régulièrement apparaître dans les médias des articles consacrés à de jeunes victimes d'actes de cyber-harcèlement. Le harcèlement gagne en effet de plus en plus le monde virtuel. Ce n'est pas étonnant dans la mesure où la vie sociale des jeunes se passe en grande partie en ligne. D'une étude réalisée auprès de jeunes francophones âgés entre 10 et 16 ans, il ressort que 77 pour cent d'entre eux possèdent un smartphone et envoient en moyenne 118 SMS par jour. 15 pour cent d'entre eux passent aussi plus de 20 heures en ligne le week-end. Une étude flamande révèle par ailleurs qu'un tiers des jeunes ont déjà été victimes de cyber-harcèlement et qu'un jeune sur cinq admet avoir déjà pratiqué du harcèlement via internet.

La ministre Milquet lance à présent une campagne de sensibilisation avec des clips vidéo et une application pour smartphone développée par des étudiants de la haute école ISFSC et réalisée en collaboration avec la Computer Crime Unit et le Service pour l'Egalité des Chances de la police fédérale. Cette dernière entend ainsi souligner l'importance d'une "community policing", par laquelle la police se tient au service de la société.

La police fédérale est impliquée également dans une autre initiative, AMiCA, où plusieurs universités flamandes collaborent pour créer une application capable de reconnaître et de signaler automatiquement les messages de haine et de harcèlement sur les médias sociaux.

En Flandre, il existe déjà plusieurs initiatives en matière de cyber-harcèlement, telles 'Re: pest', qui sensibilise entre autres les jeunes par le biais d'un jeu vidéo et d'un ensemble de cours. (Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires