Pieterjan Van Leemputten
Pieterjan Van Leemputten
Pieterjan Van Leemputten est rédacteur chez Data News.
Opinion

09/01/15 à 17:19 - Mise à jour à 17:19

#jesuisMark: quand Zuckerberg attelle Charlie Hebdo à sa charrette

C'est sur un #jesuischarlie que Mark Zuckerberg a clôturé son plaidoyer en faveur de la liberté d'expression. Vous avez dit hypocrisie? Car Facebook rétribue depuis des années déjà toute une armée de petits singes 'censureurs' pour supprimer tout ce qui heurte les valeurs américaine conservatrices.

#jesuisMark: quand Zuckerberg attelle Charlie Hebdo à sa charrette

. © Facebook/Pieterjan Van Leemputten.

"Facebook has always been a place where people across the world share their views and ideas. We follow the laws in each country, but we never let one country or group of people dictate what people can share across the world."

Est-ce bien là ton avis Mark? Car la dernière fois qu'un ami photographe a posté des prises de vue d'un modèle à moitié nu sur sa page Facebook, il fut l'objet d'un bannissement de trente jours. Même si elles figurent dans un groupe fermé, donc loin du regard des mineurs d'âge oh si vulnérables, il a suffi d'une seule réaction d'un utilisateur renfrogné de Facebook pour activer la censure. ' N'offensons surtout personne', tel est le credo de Facebook.

Apple nous la joue aujourd'hui aussi plus catholique que le Pape sur son site web français. Un élégant et sobre ruban avec la mention #jesuischarlie. C'est bien qu'Apple soutienne la liberté d'expression et estime qu'il ne faut pas assassiner quelqu'un pour quelques dessins satiriques. Si ce n'était qu'Apple ne fait pas grand-chose pour défendre la libre expression si elle est trop en contradiction avec les normes conservatrices américaines. Certaines bandes dessinées belges en sont même rejetées, lorsqu'elles contiennent un peu trop de nu. Dans Bob et Bobette, 'La dame en noir', c'en est déjà trop. Et le livre du Flamand Marnix Peeters, Natte Dozen, n'y a été récemment autorisé qu'en changeant le titre en 'N***e Dozen.

Dans notre pays, un ado de 14 ans ne peut acheter un magazine PlayBoy dans une librairie, mais un P-magazine flamand ne cause aucun problème, et un ouvrage bourré de nu artistique probablement pas non plus.

Zuckerberg défend la liberté d'expression, à condition qu'elle ne heurte pas le conservatisme américain.

Non Mark et Tim, ce que vous faites, cela s'appelle de l'opportunisme. Pas aussi fruste que les 3Suisses, qui ont lancé un 'Je3SuissesCharlie' de mauvais goût, mais qui est encore et toujours de l'opportunisme. Montrer vite, vite que l'on se trouve fièrement du côté des victimes, mais au moment décisif, il suffit de la moitié d'un téton pour que vous tourniez casaque et étouffez la liberté que vous prétendez défendre.

Nous sommes angoissés, lorsque des extrémistes veulent imposer leur loi, mais aujourd'hui, Zuckerberg et Cook font exactement la même chose, quand ils veulent obliger leurs utilisateurs à accepter des points de vue américains terriblement conservateurs et dépassés. Des armes oui, mais un peu de nu ah çà non, car cela risquerait de causer des dommages irréparables...

Nos partenaires