IT verte: la Belgique peut mieux faire

13/03/08 à 11:20 - Mise à jour à 11:19

Source: Datanews

Même si de nombreuses entreprises belges jouent la carte de l'écologie et prennent des mesures en matière d'IT verte, le thème ne semble pas encore s'inscrire dans une stratégie globale. C'est du moins ce que conclut une enquête d'Adjugo auprès des sociétés informatiques belges.

Même si de nombreuses entreprises belges jouent la carte de l'écologie et prennent des mesures en matière d'IT verte, le thème ne semble pas encore s'inscrire dans une stratégie globale. C'est du moins ce que conclut une enquête d'Adjugo auprès des sociétés informatiques belges.

Corné de Graaf, 'senior manager' chez Adjugo, considère que la prise de consience générale face à l'IT verte existe certes en Belgique, mais ne se situe qu'au niveau de l'opérationnel. Et si le CIO a sans doute défini des règles en matière de télétravail, si les informaticiens ont implémenté la virtualisation et si le service des achats a opté pour des équipements moins gourmants en énergie, la situation n'est guère plus avancée. "La plupart des participants à l'enquête reconnaissent certes que l'IT verte est devenue importante et en voient les avantages. Mais pratiquement aucune société n'a de vision globale de la problèmatique", relève Corné de Graaf.

Lorsque l'on analyse les initiatives des entreprises en matière écologique, il apparaît que les projets tant réalisés que prévus se situent au niveau opérationnel. "Il s'agit davantage de mesures ponctuelles destinées à limiter les émissions de CO2, analyse encore Graaf qui ajoute que l'intérêt manifesté pour l'IT verte est plus important dans d'autres pays européens. Et si l'IT verte est bel et bien une réalité en Belgique, il n'est pas encore question de stratégie verte alignée sur le 'business'. Pire encore, 27% des répondants avouent n'avoir aucune vue précise sur les émissions actuelles de CO2 de leur entreprise.

L'enquête a été adressée à 1.000 sociétés IT, dont 70 "seulement" ont complété le questionnaire. Faut-il y voir le reflet de l'intérêt manifesté par les sociétés IT belges pour ce thème? Il n'empêche que de Graaf dégage certains éléments encourageants de l'enquête. "Nous constatons que les grandes banques, opérateurs télécoms et certains éditeurs de logiciels et fournisseurs de matériels de premier plan ont fait la démarche de remplir le questionnaire. De plus, l'enquête a souvent été complétée par le CIO, voir le CEO lui-même. Ceci tend à montrer qu'en dépit des efforts encore trop limités, la problématique s'est imposée jusqu'au plus haut niveau dans l'entreprise. Sachant que les économies de coûts constituent le moteur principal de l'introduction de mesures 'vertes' et que les coûts énergétiques des sociétés IT menacent d'exploser, on peut espérer que les entreprises belges cherchent bientôt à rattraper leur retard."

Nos partenaires