Kristof Van der Stadt
Kristof Van der Stadt
Rédacteur en chef de Data News.
Opinion

02/07/15 à 13:37 - Mise à jour à 13:36

It's the new economy, stupid

Rupture, transformation numérique : l'époque où l'on ne parlait 'que' d'informatique semble bel et bien révolue. Certes, ces termes sont parfois utilisés abusivement, mais la tendance est lourde. Les modèles organisationnels traditionnels sont clairement sous pression et la vague touche pratiquement tous les secteurs. L'informatisation et la numérisation s'imposent toujours plus, même si l'évolution se fait parfois de manière un peu chaotique.

It's the new economy, stupid

Kristof Van der Stadt © .

De petites startup ont en outre le potentiel de remettre en cause l'ensemble d'un secteur. Exagéré ? Nous ne le pensons pas. Comme l'a déjà démontré l'histoire récente de l'IT, les startup ont clairement la capacité de grandir et de s'adapter rapidement en remettant en question les processus traditionnels, voire en les torpillant complètement. L'image de l'immense paquebot difficile à manoeuvrer face au petit hors-bord.

Partager

It's the new economy, stupid

Les exemples d'Uber et de Airbnb sont tous en mémoire. Dans le secteur du voyage et de l'hôtellerie toujours plus lucratif, les attaques émanent d'ailleurs de toutes parts, tant du B2C que du B2B et de toutes les parties du monde - globalisation oblige.

Dans le secteur du voyage précisément, la première vague de rupture semble déjà appartenir au passé. N'oublions pas que récemment encore, la réservation d'un voyage ou d'un hôtel se faisait toujours en agence. Des sites de type booking.com ont poussé le secteur vers le monde de l'on-line. D'ailleurs, booking.com est entre-temps devenu la propriétaire du groupe The Priceline relativement discret, un groupe qui chapeaute pourtant 6 marques de voyage différentes et emploie 9.000 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de plusieurs milliards. Le tanker se profile à l'horizon...

Mais ces jeunes tankers sont à présent défiés par une nouvelle flotte de starters qui exploitent les big data et les algorithmes prédictifs pour proposer de meilleures solutions ou relever de nouveaux défis. Et notamment Flyer dont nous vous dévoilons la stratégie dans Data News de 19/06 (en page 42). Grâce à l'outil de cette startup française, les voyageurs peuvent analyser les fluctuations de prix de billets d'avion jusqu'à 120 jours avant leur départ afin d'anticiper ainsi d'éventuelles baisses de prix. Pour ce faire, elle combine des mégadonnées à des algorithmes intelligents pour combiner des données historiques et en temps réel. Avec comme objectif de proposer le ticket d'avion le moins cher pour un vol choisi.

Ce qui a fait dire récemment à Johan Kestens, CIO d'ING, dans le cadre de la Revolve Unconference d'ailleurs très intéressante d'EMC que "The ideas aren't new, the execution is now much better".

Partager

Faut-il tenter de répondre à la menace ou de transformer l'attaque en opportunité ?

Reste évidemment à voir comment vont réagir les anciens et les nouveaux tankers à ces hors-bords. Faut-il tenter de répondre à la menace ou de transformer l'attaque en opportunité ? Telle est la grande question qui taraude nombre d'entreprises modernes. Il s'agit de transformer d'anciens processus en nouveaux marchés. Mais pour de très nombreux secteurs et organisations, il s'agit ni plus, ni moins de survivre. Voilà pourquoi il n'est plus question d'informatique. It's the new economy, stupid.

Nos partenaires