"Intel a saboté le projet OLPC"

09/01/08 à 11:50 - Mise à jour à 11:49

Source: Datanews

Alors qu'il était encore question de "divergences d'opinions à connotation philosophique" pour expliquer, la semaine dernière, le renoncement d'Intel au projet 'One laptop per child' (OLPC), l'on parle à présent de 'sabotage'.

Alors qu'il était encore question de "divergences d'opinions à connotation philosophique" pour expliquer, la semaine dernière, le renoncement d'Intel au projet 'One laptop per child' (OLPC), l'on parle à présent de 'sabotage'.

La nouvelle émane de la BBC. Intel et OLPC qui, avec respectivement le PC Classmate et l'ordinateur portable à 100 dollars, proposaient chacun un 'laptop' bon marché au tiers monde, avaient enterré la hache de guerre en juillet de l'an dernier. Intel allait collaborer au projet OLPC et même fournir des puces. La paix semble n'avoir été que de courte durée, puisque la semaine passée, les deux parties se sont séparées.

Selon Intel, le litige porterait sur une divergence d'opinions à propos de l'absence d'une solution unique. "Ni une entreprise ni une solution ne dispose d'un monopole sur les enfants", a déclaré Paul Otellini, CEO d'Intel. Mais Nicolas Negroponte, à l'origine du projet OLPC, est moins nuancé: "Pourquoi jetterais-je par-dessus bord les six millions de dollars qu'ils auraient dû nous donner hier? Pourquoi le ferais-je, à moins que simplement sous le coup de la colère?"

Selon Negroponte, Intel continuait de proposer ses propres PC aux parties avec lesquelles OLPC avait déjà discuté: "Même après que nous ayons signé un contrat, Intel tentait encore de persuader les fonctionnaires de le rompre au profit de son PC. Cela n'a rien d'un partenariat." Pour Negroponte, c'était si fréquent que cela ne pouvait que déboucher sur un divorce. A l'ultimatum lancé par OLPC, qui demandait à Intel de ne plus supporter les plates-formes non OLPC (y compris les PC Classmate), le géant des puces répondit par la négative, ce qui précipita la séparation.

Nos partenaires