Impressions sur la mission économique en Californie

18/06/13 à 15:38 - Mise à jour à 15:38

Source: Datanews

L'Agence bruxelloise pour l'entreprise (ABE) a organisé en marge du programme officiel de la récente mission économique belge en Californie une série de visites 'en petits groupes' de start-ups de la Silicon Valley.

Impressions sur la mission économique en Californie

L'Agence bruxelloise pour l'entreprise (ABE), en collaboration avec l'Agence wallonne des télécommunications (AWT), Brussels Invest & Export et l'AWEX, a organisé en marge du programme officiel de la récente mission économique belge en Californie une série de visites 'en petits groupes' de start-ups de la Silicon Valley.

Une petite trentaine de start-ups ont ainsi pu s'inspirer de leurs homologues californiens et observer avec toujours autant de surprise leur rapidité de développement. Figuraient notamment au programme de cette semaine intense Websense, Semantic Research, Double Robotics, Total Immersion, AeroHive, Apigee ou Square Inc.

Les jeunes entrepreneurs ont également pu ouvrir des portes chez Google, Microsoft et Mozilla. Juan Bossicard, responsable du pôle ICT de l'ABE, nous livre ses premières impressions en direct de San Francisco.

Premier constat de Juan, qui n'en est pas à sa première visite dans la Silicon Valley : rien ne semble pouvoir atteindre l'énorme vitalité et la "capacité d'élasticité énorme" de la Silicon Valley. On y voit pas de traces, ou si peu, de la crise économique qui frappe la plupart des pays occidentaux depuis maintenant 5 ans.

"Les bureaux vides sont reloués, les entreprises pivotent ... Les grands axes de la Silicon Valley conservent un côté carte postale. Mais il est vrai que plus on s'écarte des centres nerveux, plus on découvre un envers du décor moins reluisant."

Mais pour le reste, le dynamisme de la Silicon Valley est intact. Juan Bossicard épingle 4 visites qui ont particulièrement marqué les esprits de la délégation belge.

La user experience de Square Inc

Le spécialiste des paiements mobiles créé en 2009 a étonné par son approche très pragmatique des processus plutôt que par ses produits.

"C'est très impressionnant de voir comment ils parviennent à simplifier les processus business existants en se concentrant sur la 'user experience'. Ils sont vraiment à l'écoute du client pour rendre l'opération de paiement aussi simple que possible chez tout type de commerçant."

La pertinence "multi-OS" d'Apigee

"On sait que nombre d'entreprises doivent faire des choix de développement cornéliens entre iOS, Android ou Windows 8. Apigee se propose de centraliser les API pour le compte du client et ainsi supporter la multitude de systèmes d'exploitation disponibles. La pertinence de leur approche leur a permis d'engager récemment une des sommités du "big data", en provenance d'IBM."

Juan Bossicard est également "scotché" par la vitesse de recrutement d'une start-up comme Apigee. "Ils vont passer de 250 à 400 collaborateurs en trois mois, grâce à des financements à la hauteur. Pour cela, ils vont opérer une sélection parmi plus de 2.000 candidats, ce qui indique aussi le puits de talents énorme de la Silicon Valley."

L'opportunisme de Semantic Research

Certains start-ups ont une stratégie à très court-terme et ne s'en cachent pas. "Nous misons sur un effet d'opportunité pour nous faire racheter rapidement," nous ont avoué les dirigeants de Semantic Research. A prix d'or.

Cette petite entreprise spécialisé dans la business intelligence était auparavant active dans le monde de l'éducation, avant de décrocher, presque par accident, de gros contrats de data mining pour le gouvernement US, notamment la police. Preuve que des tout petits peuvent travailler pour des très grands.

AeroHive, pour faire de l'ombre à Cisco

"AeroHive Networks travaille à l'optimisation des réseaux wifi en amplifiant les différents points d'accès et 'devices'. Leur capacité d'innovation dans le domaine des 'access points' leur vaut de faire de l'ombre à Cisco. Ils ont compris les enjeux techniques de l'internet des objets."

Les visites successives chez Google, Mozilla et Microsoft ont permis à la délégation belge de prendre pleinement conscience du besoin pour les fournisseurs de "browsers" de se réinventer."Le browser est de plus en plus vu comme un système d'exploitation à part entière, autant qu'une arme pour gagner la 'guerre des plateformes' que se livrent notamment Google et Microsoft."

En plus de prendre le pouls des tendances, certaines start-ups belges ont pu nouer des partenariats avec des entreprises visitées ou comme souvent, se sont engagées à travailler ensemble à leur retour au pays.


En savoir plus sur:

Nos partenaires