Il est minuit moins cinq!

23/11/09 à 11:00 - Mise à jour à 10:59

Source: Datanews

30% des chefs d'entreprise s'attendent à une croissance au premier trimestre de 2010, contre 49% qui tablent sur le deuxième trimestre. Ce qui est étonnant, c'est que les budgets IT ne devraient, eux, pas suivre le mouvement (source: Gartner ITxpo 2009).

30% des chefs d'entreprise s'attendent à une croissance au premier trimestre de 2010, contre 49% qui tablent sur le deuxième trimestre. Ce qui est étonnant, c'est que les budgets IT ne devraient, eux, pas suivre le mouvement (source: Gartner ITxpo 2009).

Il n'y a donc pas de quoi pavoiser. Un déluge de travail ICT va déferler sur nous, mais il faudra y faire face avec les mêmes budgets. Tant notre mentalité que notre façon de travailler devront changer, sous peine que nous n'y arrivions pas. Ceux qui pensent (et selon moi, il y en a beaucoup trop) pouvoir en revenir à l'époque de "vive la liberté" ont tout faux. L'introduction continuelle de la technologie la plus récente sans aucune forme de réflexion architecturale, l'invention de prouesses personnelles "on the spot", le fait de tourner en rond de manière itérative parce qu'on refuse de réfléchir au moment où cela s'avère nécessaire, tout cela est définitivement révolu. Après la crise (c'est-à-dire très bientôt), nous ne pourrons plus nous permettre de voir 30% de nos projets échouer. Tant la productivité que la qualité devront croître. La constance, sur le plan fonctionnel et technologique, sera une absolue nécessité.

Je vous l'assure: une période de disette se prépare. D'une part, les entreprises réinvestissent déjà suite aux premiers signes de la reprise économique, ce qui va faire croître le besoin d'automatisation. D'autre part, nous sommes pleinement confrontés à la réalité démographique. Le vieillissement deviendra un problème à partir de 2010: il y aura plus de départs que d'arrivées sur le marché du travail. La qualité primera sur la quantité. La discipline et les standards prendront le dessus sur la vaine créativité. Il ne sera pas vraiment nécessaire d'utiliser la toute nouvelle structure. Place à la production...

Cette disette, nous ne pourrons la juguler qu'en nous focalisant sur les 3 aspects importants qui s'appliquent tant au métier qu'à l'ICT: diminution des échecs, augmentation de la productivité et production de qualité. Dans le futur, nous devons en arriver à un rapport de succès 80/20 plus sain: 80% des projets devront réussir, tandis que nous pourrons encore tolérer que les 20% restants ne fonctionnent pas de manière optimale. Un fameux progrès, puisqu'aujourd'hui, 30% des projets échouent encore et toujours, 40% font partie de la catégorie "problématique", et 30% seulement réussissent vraiment. Une évolution vers 80% de projets réussis représente une amélioration de plus de 230% et d'énormes économies. En outre, nous devrons automatiser au maximum nos processus ICT - y compris celui du développement -, ce qui exigera des standards et des processus rigoureux.

Et ne venez pas me dire que nous ne pouvons pas réduire la liberté du développeur. Je plaide pour une restriction de sa liberté et en même temps pour une stimulation de sa créativité. Je plaide pour un rôle responsable évident du métier dans nos projets. Je plaide pour une production incrémentielle, plutôt qu'itérative. Je plaide pour l'extorsion automatisée de standards et de directives de développement. Bref: notre productivité pourra croître sans problème de plus de 20% avec, à la clé, de gigantesques économies.

En ce qui concerne la production de qualité, une grande responsabilité sera dévolue au métier et aux informaticiens qui sont en contact direct avec lui. Il faudra parler d'architecture business, de processus d'optimisation et pas de ce qui est nécessaire à l'implémentation d'un nouveau système. L'architecture d'entreprise jouera ici son rôle: tout devra être à sa place en fonction de l'objectif stratégique formel. Les standards ICT, les tests automatisés, un software change & configuration management strict, une bonne architecture applicative et technique, tout cela sera également important. La production de qualité nous permettra d'économiser pas mal de temps tant lors de la construction, de l'exécution que de la maintenance.

"The future of IT is not in returning to the past". Il est minuit moins cinq. Réagissez sans tarder, le temps s'écoule inexorablement.

Guido Van HumbeeckSenior Partner AE nv (http://www.ae.be)LinkedIn: http://be.linkedin.com/in/guidovhe-mail: gvh@ae.be

Nos partenaires