IDC et VMware se chamaillent à propos des chiffres de la virtualisation

27/10/08 à 11:20 - Mise à jour à 11:19

Source: Datanews

Le cabinet d'études IDC défend son enquête portant sur les logiciels de virtualisation pour serveur. De son côté, VMware émet des critiques quant à la méthodologie utilisée par les analystes.

Le cabinet d'études IDC défend son enquête portant sur les logiciels de virtualisation pour serveur. De son côté, VMware émet des critiques quant à la méthodologie utilisée par les analystes.

Les critiques émises par VMware vis-à-vis du rapport d'IDC sur les logiciels de virtualisation ne sont pas fondées, déclare le cabinet d'études en réaction à l'affirmation du fournisseur de produits de virtualisation, selon laquelle le recensement est erroné. L'analyste Peter Vermeulen d'IDC Benelux déclare: "Dans le communiqué de presse, il est clair qu'il s'agit de la quantité de serveurs vendus à des fins de virtualisation et intégrant une solution de virtualisation."

VMware a émis des remarques à propos du groupe de mesure des fournisseurs de serveurs OEM, de la méthodologie de comptage et de l'observation d'IDC, selon laquelle Microsoft a gagné des parts de marché. Selon VMware, l'échantillon des entreprises examinées était trop restreint et les produits gratuits n'étaient pas repris dans le mesurage du marché.

Vermeulen déclare que quoi qu'il en soit, VMware a du souci à se faire en raison de l'avancée de Microsoft. Les mesures réalisées par IDC ont eu lieu au deuxième trimestre de cette année. Microsoft a augmenté à 23 pour cent sa part sur le marché de la virtualisation au cours de cette période. Il s'agit là d'une hausse de 5 pour cent par rapport au premier trimestre, mais de 3 pour cent seulement par rapport au deuxième trimestre de l'an dernier.

Au début de cette année, Microsoft a donc connu une période plus difficile, mais qui a entre-temps été largement compensée. Le recul temporaire de sa part de marché a été probablement causé par l'arrivée tardive de l'hyperviseur Hyper-V. Ce logiciel de virtualisation pour Windows Server 2008 devait à l'origine sortir en même temps que le nouveau système d'exploitation, mais n'a finalement été lancé sur le marché que fin juin, tout juste à la fin du deuxième trimestre donc.

IDC conteste aussi les accusations portées par Mike Petrillo, ingénieur chez VMware, [sur son blog perso]. Petrillo y prétend notamment qu'il s'agit d'une étude sponsorisée et que les résultats sont carrément achetés par Microsoft.

Vermeulen: "Il s'agit d'une étude permanente réalisée parmi les OEM, et ses résultats sont vendus par IDC à divers fournisseurs. La suggestion, selon laquelle Microsoft a payé cette enquête est dès lors absurde."

L'affirmation de Petrillo, selon laquelle son employeur est encore et toujours le numéro un, est peut-être correcte, mais ne change rien à la situation, selon Vermeulen: "La part de marché, c'est le pourcentage des ventes totales au cours d'une période et n'a rien à avoir avec la base installée. A la place de VMware, je me ferais du souci à propos du fait que Microsoft gagne vite des parts de marché. Commencer à minimiser une étude qui met en lumière la pression de la concurrence, me semble dès lors n'être guère prioritaire."

En collaboration avec Computable

Nos partenaires