'IBM licencie encore aux Etats-Unis'

31/03/17 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Source: Datanews

De différentes sources, on apprend qu'IBM est occupée à effectuer une nouvelle phase de licenciements prévoyant le départ des membres les plus anciens de son personnel tant aux Etats-Unis qu'ici et là en Europe.

'IBM licencie encore aux Etats-Unis'

Ginni Rometty © Reuters

On ne connaît pas encore l'ampleur des dégâts, mais le site web Thelayoff.com notamment révèle cette semaine de nombreux avis de collaborateur licenciés chez IBM. Sur la page Watching IBM de Facebook, on voit apparaître également des témoignages de ce genre.

Il semble s'agir surtout de fonctions dans la vente et la distribution et souvent des collaborateurs ayant plus de 15 ans d'ancienneté dans l'entreprise. Des employés confirment aussi à The Register qu'il s'agit d'une phase de licenciements, alors qu'une porte-parole américaine déclare à Wral TechWire que des emplois sont effectivement supprimés.

IBM entretient une relation étrange avec les phases de licenciements. L'entreprise vire en effet en effet chaque fois du personnel par petits groupes, afin que cela passe inaperçu. Et lorsqu'elle communique à ce sujet, c'est en termes très voilés. C'est ainsi que la phase de licenciements de l'année dernière, lors de laquelle 228 collaborateurs belges avaient aussi dû s'en aller, avait été qualifiée de 'réagencement du pool de talents'. Mais il s'avéra ensuite qu'il restait nettement moins de talents dans le pool en question...

Plus tôt cette semaine, Big Blue défraya la chronique en supprimant le télétravail. IBM fut pourtant une pionnière en la matière en étant l'une des premières grandes entreprises à permettre à ses collaborateurs de travailler régulièrement à distance. Depuis cette semaine, elle revoit donc son jugement et estime qu'il faut mieux travailler 'côte à côte'.

Mais ici encore, on peut se demander dans quelle mesure il ne s'agit pas là d'une phase de licenciements déguisée. Un grand nombre de collaborateurs sont en effet contraints d'aller travailler sur l'un des six sites IBM aux Etats-Unis, ce qui revient pour certains à un déménagement ou à un départ.

En savoir plus sur:

Nos partenaires