Hôpital Erasme: réhabiliter les cérébrolésés par le "jeu sérieux"

29/03/11 à 11:37 - Mise à jour à 11:37

Source: Datanews

Deux thérapeutes du service de réadaptation fonctionnelle neurologie et ambulatoire (CRFNA) de l'hôpital Erasme travaillent sur un prototype de serious game développé par Fishing Cactus à destination de la Xbox Kinect de Microsoft.

Hôpital Erasme: réhabiliter les cérébrolésés par le "jeu sérieux"

Deux thérapeutes neuropsychologues du service de réadaptation fonctionnelle neurologie et ambulatoire (CRFNA) de l'hôpital Erasme travaillent sur un prototype de serious game développé par Fishing Cactus à destination de la Xbox Kinect de Microsoft.

Ce projet, baptisé ROGER (Realistic Observation in Game and Experiences in Rehabilitation), vise la rééducation thérapeutique de personnes cérébrolésées souffrant de problèmes cognitifs, attentionnels, de mémoire ou d'organisation dus par exemple à un traumatisme, à un accident vasculaire cérébral ou à une maladie telle qu'Alzheimer.

Un premier prototype, financé par le Microsoft Innovation Center de Mons, recrée virtuellement un espace où le patient retrouve un cadre et des objets concrets, lui permettant de réapprendre mouvements, gestes et processus cognitifs. Le projet est en attente d'un nouveau financement (un partenaire belge, venu du secteur médical, serait sur le point de signer) pour affiner le prototype et commencer les tests avec des patients. Le comité d'éthique de l'hôpital a en tout cas déjà donné son aval pour la poursuite du projet. "Il s'agit désormais de vérifier l'utilisabilité de l'environnement, la manière dont les patients le perçoivent, d'évaluer la précision des gestes", déclare Alexia Watelet, neuropsychologue à Erasme. L'interface devra être adaptée pour permettre de saisir virtuellement les objets au lieu de les sélectionner dans un tableau et pour adapter les commandes gestuelles (par exemple aux contraintes d'une hémiplégie).

"Ce jeu sérieux, à condition qu'il soit aisément adaptable par les thérapeutes eux-mêmes, serait un grand progrès. Il évitera que chaque établissement doive bâtir un appartement en dur pour la revalidation. Il se prête aux réaménagements rapides, spécifiques à chaque patient, et permet une analyse fine des séances. La caméra 3D autorise par ailleurs une interaction plus directe avec l'image, là où un casque est un obstacle à la communication avec le patient."

Nos partenaires