Hawaï entend brider les 'loot boxes' dans les jeux

14/02/18 à 14:30 - Mise à jour à 14:29

Dans l'état américain d'Hawaï, des politiciens ont introduit une série de propositions de loi destinées à réglementer ce qu'on appelle les 'loot boxes' (pochettes-surprises) dans les jeux. L'une de ces propositions entend par exemple fixer l'âge minimal de 21 ans pour l'achat de ce type de jeu.

Hawaï entend brider les 'loot boxes' dans les jeux

© Overwatch

Des politiciens hawaïens ont introduit quatre propositions de loi en vue de réglementer dans cet état la vente de jeux prévoyant des 'loot boxes' (pochettes-surprises). Il s'agit là d'une réaction à la controverse qui s'est manifestée ces derniers mois à propos de la limite ténue séparant les jeux de hasard et les récompenses aléatoires que l'on peut acheter avec de l'argent bien réel dans des jeux vidéo. Plusieurs politiciens hawaïens avaient à l'époque joué les apprentis-sorciers à propos de ce genre de fonctions douteuses dans certains jeux vidéo.

Age minimal

Les propositions de loi reprennent le descriptif précis des 'loot boxes'. Il s'agit de récompenses virtuelles totalement aléatoires dans certains jeux vidéo, que les joueurs peuvent acheter avec de l'argent sonnant et trébuchant. Aujourd'hui, on retrouve ces pochettes-surprises dans la plupart des jeux populaires tels 'Call of Duty', 'Fifa', 'Overwatch' et 'Star Wars: Battlefront'.

Dans la première proposition de loi, ses auteurs exigent davantage de transparence en matière de 'in-game micro-transactions' dans les jeux vidéo. Les jeux qui comprennent des loot boxes, doivent l'indiquer clairement. En outre, ils doivent mentionner dans le détail comment se présente la répartition des chances au niveau des récompenses aléatoires. Une autre proposition encore impose l'âge minimal de 21 ans pour l'achat de ce type de jeu.

Maximalisation des gains

Le parlementaire Chris Lee d'Oahu défend comme suit sa proposition: "Toute ma vie, j'ai joué à des jeux vidéo. J'ai vu l'industrie des jeux évoluer au fil des ans. A présent, il existe une tendance étonnante, selon laquelle des gens, particulièrement des enfants, sont exploités pour permettre aux entreprises de maximaliser leurs gains."

Ce qui est singulier, c'est que dans les propositions de loi, on ne fait sciemment pas de différence entre les types de pochettes-surprises. 'Star Wars: Battlefront II' a en novembre dernier par exemple fait l'objet de fortes critiques, lorsqu'il est apparu qu'il incluait des 'micro-transactions' avec lesquelles un joueur pouvait littéralement bénéficier d'un avantage dans le déroulement du jeu. Dans d'autres jeux encore, on trouve une forme plus sympa de 'loot-boxes', où le joueur ne peut gagner que des récompenses cosmétiques.

Les nouvelles propositions trouveront à n'en point douter aussi des détracteurs. Pour l'industrie des jeux elle-même, ce genre de loi pourrait en effet avoir d'importantes conséquences, parce que les 'micro-transactions' jouent un rôle prépondérant dans les revenus engrangés par certains jeux.

Provisoirement, il ne s'agit encore que de propositions de loi, mais il est clair que les autorités dans différents pays, dont aussi la Belgique, accordent de l'attention à cette problématique.

En savoir plus sur:

Nos partenaires