Google réduit son appréciation des sites sans version mobile: 'Mobilegeddon' menace

21/04/15 à 13:52 - Mise à jour à 13:51

Google modifie son algorithme de recherche et pénalise les sites sans version pour smartphones ou tablettes en les faisant apparaître plus bas sur l'échelle de recherche. Les webmasters du monde entier craignent ainsi un 'Mobilegeddon' avec des 'effets apocalyptiques' pour les sites non adaptés aux appareils mobiles.

Google réduit son appréciation des sites sans version mobile: 'Mobilegeddon' menace

/ © Belga

'Comme toujours plus de personnes surfent avec un appareil mobile, notre algorithme doit s'adapter à ce changement d'utilisation', annonce Google sur son blog. L'algorithme modifié sera utilisé dès aujourd'hui.

'Le changement concerne chaque instruction de recherche mobile dans toutes les langues'

Le fait que Google planifiait ces ajustements, était connu depuis deux mois déjà. Or voici qu'à présent, le géant américain des recherches l'annonce lui-même. 'Ce changement concerne chaque instruction de recherche mobile dans toutes les langues et dans le monde entier et aura un effet important sur les résultats de recherche', selon Google.

Les sites adaptés aux utilisateurs mobiles n'utilisent par exemple aucune lettre trop petite ou permettent aux visiteurs de naviguer aisément avec le doigt. L'utilisation de contenu avec Adobe Flash ne favorise pas non plus un bon score de recherche.

L'on ne sait cependant pas encore clairement s'il en sera tenu compte aussi lors d'une commande de recherche au départ d'un ordinateur de bureau. Pour Gary Illyes, manager chez Google, cela n'aura aucun impact sur les résultats de recherche, mais les experts craignent que cela n'exerce quand même indirectement une influence.

'Mobilegeddon'

En raison de la modification de l'algorithme, l'on craint ce qu'on appelle un 'mobilegeddon' à cause des 'conséquences potentiellement apocalyptiques' pour les sites non encore adaptés aux appareils mobiles, comme ceux de Ryanair, de l'Union européenne et de Microsoft, mais aussi ceux d'entreprises nettement plus modestes, peut-on lire dans le journal De Morgen.

(Belga/MI)

En savoir plus sur:

Nos partenaires