Google gagne un procès contre ServersCheck en Belgique

21/03/07 à 00:00 - Mise à jour à 20/03/07 à 23:59

Source: Datanews

Selon le tribunal de Louvain, ServersCheck, spécialisée en logiciels et matériel de contrôle, n'a pas subi de préjudice à cause de la fonction Suggest de Google.

ServersCheck avait fait la une de manière spectaculaire en mai de l'an dernier, du fait que cette PME louvaniste avait traîné l'imposante Google devant le juge. La raison de l'ire de ServersCheck portait sur Google Suggest. Cette fonction de recherche de la barre d'outils de Google suggère d'éventuels autres mots-clés lors de la saisie d'un terme. La saisie du terme ServersCheck entraînait ainsi la suggestion de mots-clés relatifs à des versions piratées des logiciels de l'entreprise. Comme Google ne voulait rien entendre, ServersCheck emprunta la voie juridique.Le tribunal de Louvain donne à présent tort à la PME, selon le journal De Standaard. Pour le juge, les internautes en quête de produits de ServersCheck seraient par définition des utilisateurs professionnels qui devraient savoir qu'ils peuvent, via Google Suggest, tomber sur des versions piratées des logiciels recherchés. "Cela nous étonne", déclare Maarten Van Laere, CEO de Serverscheck dans un communiqué de presse. "Une récente étude de la Business Software Alliance indique que 28% des logiciels utilisés à des fins professionnelles en Belgique sont illégaux." En outre, une interprétation erronée du fonctionnement de GoogleSuggest a joué, selon ServersCheck, un rôle dans le jugement en défaveur de l'entreprise.Google s'est néanmoins montrée indulgente et a supprimé les renvois vers les versions piratées des logiciels de Serverscheck. Celle-ci s'est déclarée satisfaite de ce 'geste'. "Nous sommes évidemment ravis de constater que le bon sens l'a enfin emporté chez Google", ajoute encore Van Laere. "Les adaptations que Google semble avoir réalisées à présent, auront non seulement un impact pour ServersCheck, mais aussi pour les autres éditeurs de logiciels. Par ailleurs, nous déplorons le fait que nous ayons dû passer par plus d'un an de procédures juridiques." ServersCheck réfléchit encore sur une éventuelle procédure d'appel.

Nos partenaires