Google de nouveau accusée de rétribuer moins son personnel féminin

04/01/18 à 14:33 - Mise à jour à 14:33

Aux Etats-Unis, Google est de nouveau mise en accusation en raison des écarts salariaux existants entre ses employés et ses employées. C'est ce qu'annonce le journal The Guardian.

Google de nouveau accusée de rétribuer moins son personnel féminin

© REUTERS

Il est question ici d'un procès de type 'class action' intenté à San Francisco. En septembre, un procès similaire avait déjà été intenté à l'encontre de Google pour des différences de salaire entre son personnel masculin et féminin. Ce procès avait cependant été classé sans suite par le tribunal, étant donné que la plainte avait été jugée trop évasive. Le nouveau procès cible par conséquent spécifiquement les écarts salariaux chez les ingénieurs, chercheurs, managers, vendeurs, ainsi que chez les employé(e)s de la garderie de Google.

Une ex-collaboratrice affirme dans la plainte déposée que Google a à son service quelque 147 femmes et 3 hommes pour l'accueil des enfants des membres de son personnel. Deux de ces hommes auraient reçu un salaire de départ supérieur à celui de pratiquement toutes les femmes travaillant à la garderie. La collaboratrice ajoute qu'un collègue masculin engagé en même temps qu'elle gagnait treize pour cent de plus, alors qu'elle avait davantage d'expérience et qu'elle avait suivi une meilleure formation.

Google se trouve déjà dans la ligne de mire en raison des écarts salariaux entre hommes et femmes. Le ministère américain du travail examine ces différences de rétribution. Dans le cadre de cette enquête, le ministère s'est tourné début 2017 vers la Justice pour contraindre Google à lui transmettre les données salariales de son personnel. A l'entendre, le géant technologique a refusé parce que cela s'avérait trop cher de collecter toutes ces données. Dans le cadre de ce nouveau procès, Google refuse également de divulguer certaines informations et affirme qu'elle réfute les accusations portées contre elle.

Nos partenaires