Google arrête d'accorder la priorité à des sites d'infos aux articles gratuits

02/10/17 à 13:43 - Mise à jour à 13:43

Google va adapter son moteur de recherche, afin qu'il n'attribue plus la priorité à des sites web proposant gratuitement les premiers articles sur lesquels clique un visiteur. En lieu et place, le groupe internet va appliquer une nouvelle politique qui devrait aider les éditeurs à gagner plus facilement de l'argent avec de bonnes informations.

Google arrête d'accorder la priorité à des sites d'infos aux articles gratuits

© Reuters

Ce qu'on appelle la politique 'first-click-free' de Google est contestée depuis assez longtemps déjà. Nombre de sites d'actualité affirment en effet qu'elle met à mal leur modèle de rétribution. Ils évoquent aussi la position dominante de Google sur le marché, qui fait en sorte que les entreprises peuvent difficilement éviter le géant internet.

La firme technologique répond à présent aux griefs émis par les éditeurs. Google annonce en effet qu'à partir de cette semaine, elle ne donnera plus la priorité aux sites web offrant quotidiennement trois articles gratuits.

Google a pris cette décision après diverses expérimentations et après concertation avec le New York Times et le Financial Times. La firme internet estimait depuis longtemps déjà que grâce aux articles gratuits, les consommateurs souscriraient en fin de compte davantage d'abonnements payants. Tel n'a cependant pas été le cas dans la pratique.

Enregistrement plus rapide

Selon Google, une enquête a démontré que les gens s'habituent toujours plus à payer pour disposer d'informations de qualité, mais que le processus d'enregistrement est encore trop compliqué. 'S'abonner à du journalisme de qualité ne doit plus être aussi complexe qu'il l'est aujourd'hui', y déclare-t-on. Cela devrait pouvoir se faire d'un simple clic. Google entend dès lors recourir à ses technologies d'identification et de paiement.

Actuellement, les abonnés doivent aussi souvent se reconnecter, lorsqu'ils changent de navigateur ou d'appli. Google souhaite y mettre fin en leur donnant un accès direct aux infos, peu importe que leur visite se fasse via le site web de l'éditeur, via une appli externe, via Google Newsstand, Google Search ou encore Google News.

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos