Google annonce quatre mesures antiterrorisme

19/06/17 à 13:03 - Mise à jour à 13:03

Google va amplifier sa lutte contre la diffusion de la propagande terroriste. C'est ainsi que l'entreprise internet entend juger les vidéos sur YouTube de manière plus stricte et combattre la radicalisation au moyen de vidéos antiterroristes. Voilà ce qu'annonce son conseiller général Kent Walker dans un courrier publié dans le Financial Times.

Google annonce quatre mesures antiterrorisme

© Getty Images

"Nous ne sommes pas les seuls à procéder depuis des années déjà à l'identification et à la suppression de contenus qui enfreignent notre façon de faire. La vérité embarrassante, c'est qu'il nous faut bien reconnaître que nous devons en faire plus", écrit Walker. Et d'annoncer quatre nouvelle règles en vue d'amplifier la lutte contre le terrorisme en ligne.

Apprentissage machine

Primo, Google entend davantage recourir à de la technologie capable d'identifier automatiquement les vidéos terroristes. Dans ce but, l'entreprise souhaite exploiter l'apprentissage machine, à savoir des systèmes apprenant par eux-mêmes et entraînés sur base de vidéos YouTube que l'entreprise a mises hors ligne ces dix dernières années.

Experts humains

Mais c'est moins évident qu'il n'y paraît. Une vidéo d'un attentat terroriste peut en effet être mise en ligne tant dans un but informatif qu'à des fins de propagande haineuse. Même des algorithmes ultrasophistiqués ne sont pas encore aptes à établir la différence. Voilà pourquoi Google souhaite également avoir recours à cinquante personnes supplémentaires chargées de juger les vidéos sur YouTube. "Une machine est capable d'identifier une vidéo problématique, mais souvent, il faut aussi faire appel à un expert humain pour prendre des décisions plus nuancées", ajoute Walker.

Label d'avertissement

Tertio, Google créera une catégorie intermédiaire pour les vidéos qui ne peuvent être supprimées, tout en étant 'à la limite'. C'est ainsi que des vidéos à connotation religieuse subversive ou faisant l'apologie d'une supériorité quelconque n'enfreignent pas au sens strict la politique suivie par Google. Désormais, ces clips vidéo se verront attribuer un label d'avertissement. Les publicités en seront bannies, et elles seront plus difficiles à trouver. "Nous pensons ainsi avoir trouvé un juste équilibre entre la liberté d'expression et l'accès à l'information, sans promouvoir des opinions extrêmes propageant la haine."

Vidéos antiterroristes

Enfin, Google entend aussi combattre activement la radicalisation au moyen de vidéos antiterroristes. Elle veut y arriver en détectant des recrues potentielles pour l'IS et en les orientant vers des vidéos sur Youtube qui devraient les faire changer d'avis.

Collaboration avec Facebook

La semaine dernière, Facebook annonçait des propositions similaires. Google révèle négocier avec Facebook, Microsoft et Twitter notamment en vue de partager la connaissance dans le domaine de l'antiterrorisme. Les entreprises internet réagissent ainsi à la première ministre britannique Theresa May qui, après l'attentat de Londres, les avait pointées du doigt. Des entreprises telles Facebook et Google en faisaient trop peu, selon elle, contre les messages extrémistes.

Nos partenaires