GFi Informatique met 196 millions d'euros sur la table pour s'emparer de Realdolmen

23/02/18 à 12:26 - Mise à jour à 12:24

GFi Informatique, un groupe français coté à la bourse de Paris, émet une offre amicale sur Realdolmen. Le montant proposé de 37 euros en espèces par action est de 11 pour cent supérieur au cours de clôture à la bourse, à savoir 33,3 euros le 22 février.

GFi Informatique met 196 millions d'euros sur la table pour s'emparer de Realdolmen

. © RD

L'offre de GFi porte la valeur marchande de Realdolmen à 196 millions d'euros. Pour permettre un rachat, il faut cependant que GFi acquière plus de 75 pour cent des actions et les droits de vote. Il s'ensuivrait alors une offre de rachat en bonne et due forme. Realdolmen publiera encore un prospectus.

Le conseil d'administration soutient unanimement l'offre. Le groupe axé sur la famille Colruyt et sur la SCRL QuaeroQ (Matexi) a déjà promis sa participation de 21,94 pour cent à GFi, selon les parties concernées.

Suivant un communique de presse conjoint, GFi 'se reposera entièrement sur la direction et le personnel de Realdolmen en vue de poursuivre le développement d'une plate-forme pour le Benelux'. Le rachat permettrait aux deux firmes 'd'exploiter leurs gammes complémentaires et de capitaliser sur les points forts de Realdolmen pour desservir les entreprises moyennes', affirme Henri Van Engelen, président de Realdolmen. Et d'ajouter que le montant offert représente 'une avancée significative par rapport au cours historique de la société'.

Ces dernières années, Realdolmen s'est réorganisée, elle a rajeuni son image et elle a développé une activité offshore en Pologne. Le fournisseur de services a cependant éprouvé des difficultés lors du passage au nuage et sur le plan de l'internationalisation de ses propres mises au point de produits.

Au troisième trimestre de son année fiscale, la croissance de son chiffre d'affaires a été d'1,1 pour cent, 'ce qui correspondait aux attentes'. Sur une base annuelle, l'entreprise table sur une légère hausse de son bénéfice d'exploitation récurrent pour atteindre 5 pour cent, voire légèrement plus.

Realdolmen occupe quelque 1.250 personnes et possède plus de 1.000 clients en Belgique et au Luxembourg. Pour sa part, GFi Informatique dispose de quelque 15.000 collaborateurs et a enregistré l'année dernière un chiffre d'affaires d'1,1 milliard d'euros.

GFi, cotée à Paris, n'est pas beaucoup plus rentable que Realdolmen. En 2017, elle a certes réalisé une marge bénéficiaire d'exploitation supérieure de 6,1 pour cent, mais en 2015 et en 2016, elle n'avait enregistré qu'un peu plus de 5 pour cent de marge d'exploitation.

Précédemment déjà sur la liste d'achats française

Ce n'est pas la première fois qu'il y a un rapprochement entre Gfi Informatique et Realdolmen. En 2014, la première citée avait en effet racheté Airial Conseil, la branche française de Realdolmen. Une source proche du dossier déclare à notre rédaction qu'à l'époque déjà, la firme française voulait absorber Realdolmen, mais le montant proposé fut jugé trop bas.

La même source signale que Realdolmen s'est depuis lors réorganisée, sans toutefois lancer d'importantes innovations ni élaborer de plans d'investissement. Voilà pourquoi les actionnaires obtiendront aujourd'hui nettement plus d'argent qu'il y a quelques années et ce, pour une entreprise qui n'a guère changé.

Outre Colruyt et Matexi, il y a encore un actionnaire à noter tout particulièrement, à savoir Cegeka. L'entreprise est concurrente de Realdolmen, mais elle y demeure encore et toujours actionnaire via l'ex-Real Software. André Knaepen, CEO de Cegeka, en profitera donc aussi, mais verra un concurrent tomber entre des mains françaises,

Nos partenaires