Getronics éprouve bien du mal

28/02/07 à 00:00 - Mise à jour à 27/02/07 à 23:59

Source: Datanews

La situation n'est pas vraiment rose chez le fournisseur de services IT Getronics, même si l'entreprise se trouve profondément dans le rouge en grande partie à cause d'importants amortissements. L'entreprise recherche encore le bon rythme.

Depuis la publication de ses résultats financiers de l'an dernier, d'où il ressortait notamment que la filiale italienne avait commis des... errances, Getronics tente de se reconcentrer sur ses activités de base et ses zones de prédilection. Cela s'est traduit par de piètres résultats, par des communiqués faisant état de querelles au sein de la direction et par un net recul du cours boursier. Telle est aussi l'image qui se dégage des chiffres publiés pour 2006: tout n'est pas encore rentré dans l'ordre chez Getronics.C'est ainsi que l'entreprise enregistre une perte nette de 145 millions d'euros contre un bénéfice de 4 millions d'euros l'année précédente. Cette perte est en grande partie due à des amortissements en Belgique, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. En tout, cet 'impairment van goodwill' représentait 65 millions d'euros. Il convient d'y ajouter 91 millions de perte exceptionnelle suite à l'arrêt (ou mieux à la cession) d'activités. Il s'agit en particulier de l'Italie, de HRS et KZA aux Pays-Bas, ainsi que des activités en Pologne, Autriche, Tchéquie et Slovaquie. En France, la filiale a été vendue en échange d'un partenariat stratégique conclu avec APX Synstar.Le bénéfice d'exploitation - avant amortissements, impôts et charges extraordinaires - a été de 117 millions d'euros, un montant en recul de 18 pour cent par rapport à l'année précédente, mais néanmoins supérieur aux prévisions. Pour l'an prochain, l'entreprise table sur une croissance de 4 à 4,5 pour cent. Son chiffre d'affaires a grimpé de 4 pour cent à 2,6 milliards d'euros. Getronics déclare cependant qu'elle ne souhaite plus se fixer des objectifs en matière de chiffre d'affaires, à présent qu'elle se concentre surtout sur ses activités fondamentales. L'objectif de 4 milliards d'euros d'ici 2008 n'est donc subitement plus de mise.

Nos partenaires