Fini, les méga-contrats d'externalisation

09/10/09 à 10:40 - Mise à jour à 10:39

Source: Datanews

Le temps des méga-contrats de sous-traitance supérieurs à 600 millions EUR sur sept à dix ans, est révolu. Aujourd'hui, les CIO optent pour des accords de sourcing sélectifs d'une durée plus courte. Le marché belge représente encore 1,6 milliard EUR/an. Voilà ce qui ressort d'un récent séminaire organisé par Data News en collaboration avec Beltug.

Le temps des méga-contrats de sous-traitance supérieurs à 600 millions EUR sur sept à dix ans, est révolu. Aujourd'hui, les CIO optent pour des accords de sourcing sélectifs d'une durée plus courte. Le marché belge représente encore 1,6 milliard EUR/an. Voilà ce qui ressort d'un récent séminaire organisé par Data News en collaboration avec Beltug.

Le principal stimulant de la sous-traitance reste la réduction des coûts. "En période de crise, il est caractéristique que les dépenses IT régressent de deux à quatre fois plus que le Produit National Brut", explique Christophe Chartrin, partner chez McKinsey. Souvent, l'on recourt cependant précipitamment à l'externalisation. "Avant, les négociations duraient de 4 à 6 mois, alors qu'aujourd'hui, il est parfois question de 4 à 6 semaines", prévient Kristof Devulder, partner chez DLA Piper.

Plusieurs fois, divers aspects, tels que les clauses de résiliation, sont ainsi négligés. "La plupart des fournisseurs belges de services de sous-traitance retirent toutefois une grande satisfaction de leurs clients", ajoute Jef Loos, directeur d'EquaTerra. Dans notre pays, on en est à quelque 380 contrats d'externalisation, dont la plupart oscillent entre 1 et 5 millions EUR. Le principal contractant demeure la Région flamande qui verse 100 millions EUR/an à HP et Belgacom. Les restrictions budgétaires gouvernementales ont cependant provoqué un report, voire une annulation de certains projets.

Dans le prochain numéro du 16 octobre, vous découvrirez le compte-rendu complet du séminaire consacré à l'externalisation.

Nos partenaires