Fedict entamera la publication en ligne de données publiques début avril

03/03/11 à 11:54 - Mise à jour à 11:54

Source: Datanews

Début avril, Fedict démarrera la mise à disposition en ligne de données existantes de services publics.

Fedict entamera la publication en ligne de données publiques début avril

Début avril, Fedict démarrera la mise à disposition en ligne de données existantes de services publics.

Voilà ce qu'a annoncé Bart Hanssens de Fedict lors du twunch (contraction de lunch et Twitter) organisé par le ministre de l'entreprise, Vincent Van Quickenborne. Il espère que d'autres services publics mettront eux aussi à terme leurs banques de données à la disposition de cette initiative.

"Comment pouvons-nous utiliser les données ouvertes pour accroître l'efficience des pouvoirs publics?", telle fut en substance la question initiale du ministre. A présent que le gouvernement doit faire de sérieuses économies, il doit se tourner vers l'informatique dans le nuage ("cloud computing", à savoir la mise à disposition sur demande via internet de hardware, de software et de données). En outre, le gouvernement doit mettre à disposition des données destinées à aider de manière créative les particuliers et les entreprises, comme par exemple les horaires de la SNCB ou des TEC. En outre, le gouvernement pourra aussi utiliser les médias sociaux. C'est ainsi que le contribuable pourra demander de l'aide au fisc via Twitter.

Des témoignages recueillis au twunch, il est apparu qu'il n'y a pas que Fedict qui soit occupé à proposer des données via internet, mais aussi la Banque-Carrefour de la Sécurité Sociale. Toutefois, ces données ne sont actuellement pas régulièrement actualisées. Elles ne sont en outre pas faciles à traiter, à explorer ou ne sont disponibles que contre paiement. Tel est notamment le cas de la Banque-Carrefour des Entreprises du SPF Economie, qui vend des licences à 100.000 euros pour des informations actualisées quotidiennement. Il existe en outre encore des problèmes en matière de protection du respect de la vie privée.

Source: Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires